Tunisie: limogé pour un appel à la prière avant l’heure

« Avant l’heure, ce n’est pas l’heure. Après l’heure, ce n’est plus l’heure »! L’ayant trop tard appris à ses dépens, un muezzin tunisien a été prié de jeter l’éponge.

Cette révocation a été décidée par le ministère des Affaires religieuses du pays du Jasmin après l’appel à la prière d’Al-Maghrib, sept minutes avant l’heure, mercredi dernier.

Le muezzin pressé, officiant dans une mosquée de Nabeul, ville  située au nord-est de la Tunisie, a ainsi fait  rompre le jeûne des habitants de la zone « Dar Chaäbane »plus tôt que prévu .

Borhane Souissi, directeur régional du ministère de tutelle, a confirmé le limogeage de l’imam de la mosquée « Sidi Chrif » pour le motif qui lui a été reproché. Cet appel à la prière, quelques minutes avant l’heure légale, n’a pas été prémédité mais a été causé  involontairement , a tempéré le responsable tunisien,

De leur côté, les jeûneurs qui, de bonne foi, avaient savouré leur « ftour » prématurément ont manifesté leur colère à l’encontre du mis en cause et demandé son remplacement, dans les plus brefs délais. Ils ont également critiqué les responsables de la mosquée où  a lieu cet appel impromptu.

L.A.

Articles similaires

Suggestions d’articles

De nouveaux bains de sang évités en Tunisie

Les autorités tunisiennes ont annoncé, ce jeudi, avoir mis en échec un plan d'attentats contre des sites touristiques et les sièges d'institutions étatiques.