La moitié des Musulmans de France adhère aux valeurs de la république (sondage)

©DR

Depuis la série des attentats qui ont secoué la France, l’Islam est étudié de près. C’est ce qui a justifié un sondage effectué par l’un des centres les plus réputés de l’Hexagone.

Dans un sondage IFOP pour l’institut Montaigne consacré à la place de l’Islam dans la société française, l’étude a défini trois catégories d’interviewés, selon qu’ils soient adeptes du hijab, de la viande halal ou de la laïcité.

Il se dégage d’après ce sondage que 46% des Musulmans de France adoptent la laïcité ou sont en train de mettre une touche finale à leur intégration. Ils pratiquent leur rite religieux en parfaite conformité avec les valeurs de la société française.

Une deuxième catégorie montre que 25%  sont attachés à leur identité et à la religion, sans pour autant adhérer au port du voile intégral ou à la polygamie.

La troisième catégorie de 28% est constituée  de Musulmans dont 50% ne dépassent  pas l’âge de 25 ans et qui sont de plus en plus radicalisés et rejettent totalement ou partiellement les valeurs de la république.

Sur le plan de la pratique des rites religieux, 70% ne consomment que les produits Halal. 65%  des pratiquants respectent rigoureusement les traditions, les devoirs religieux y compris le port du voile. Mais 60% estiment qu’il faut laisser la liberté aux personnes de porter ou de ne pas porter le voile dans les écoles et les universités.

Cependant, les 2/3 des participantes au sondage disent ne pas porter le voile.

Ce sondage a été effectué entre le 13 avril et le 23 mai et a concerné un panel de 1029 personnes . A noter que les Musulmans constituent à peu près 10% de la population française.

K.B.

Articles similaires

Suggestions d’articles

France: 100 milliards d’Euros pour soutenir les entreprises

Le ministre français de l'Économie Bruno Le Maire a annoncé, jeudi, un plan de relance de 100 milliards d'euros pour soutenir l’investissement des entreprises et la création d’emplois, dans le sillage des mesures prises par le gouvernement en vue de faire face aux répercussions "sans précédent" de la crise économique consécutive à la pandémie de Covid-19.