Saoudienne qui fuyait sa famille: ce que l’on sait

Rahaf Mohammed Al-Qunun, la Saoudienne de 18 ans coincée à l’aéroport de Bangkok a été autorisée à en sortir grâce à l’intervention du Haut-Commissariat des Nations Unis pour les Réfugiés (HCR). Cette jeune demoiselle avait fui sa famille et comptait se rendre en Australie pour y demander l’Asile politique. Interceptée à Bangkok, passeport confisqué arbitrairement, elle devait être expulsée vers l’Arabie saoudite par la police thaïlandaise.

Craignant les représailles de sa famille qui l’avait enfermée et mise en isolation six mois durant pour s’être coupée les cheveux, refuser de porter le hijab et de prier, Rafah s’était enfermée dans une chambre d’hôtel en zone de transit à l’aéroport de la capitale thaïlandaise. Sur les réseaux sociaux et notamment sur Twitter, elle a fait part des craintes pour sa sécurité et dit tous le danger qu’elle encourrait si elle revenait au sein de sa famille. En effet, pour avoir désobéi aux lois sur le ‘’tutorat masculin’’ elle risquait jusqu’à sa vie dès son retour en Arabie saoudite.

In fine, les conséquences de cette sortie médiatique sur les réseaux sociaux ont vite fait de ramollir les sentiments des autorités thaïlandaises qui au fil des évènements ont fini par se ranger du côté de la raison et ont, face au tollé déclenché par cette affaire, déclaré par la voix du chef de l’immigration lors d’une conférence de presse « La Thaïlande étant le pays du sourire, bien sûr, nous n’enverrons pas quelqu’un à sa mort ». La jeune femme envisage de demander l’asile en Australie et Canberra serait consentante à sa demande. En attendant, elle ne sera fixée sur son sort que dans cinq jours quand le HCR statuera sur son cas, a précisé lundi la police thaïlandaise.

M.J.K.

Suggestions d’articles

Arabie Saoudite: bonne nouvelle pour les pèlerins, le Maroc concerné

Cette décision permettra ainsi aux millions de pèlerins de différentes nationalités de se rendre dans toutes les régions du pays