Patron de l’OMS: « Ce n’est pas le moment de baisser la garde »

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a averti, ce jeudi, qu’en dépit d’« une baisse des cas au niveau mondial de 17% par rapport à la semaine dernière », il était trop tôt pour réduire les mesures afin de contenir la propagation du nouveau coronavirus.

« Ce n’est pas le moment d’assouplir les mesures, ni de baisser la garde », a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS, lors d’une réunion en visioconférence, avec les États membres depuis Genève, estimant que de tels scénarios à la baisse ont été constatés par le passé, avant de voir par la suite l’épidémie prendre une direction « inquiétante ».

« N’oubliez pas que nous sommes déjà passés par là », a dit le Dr Tedros, relevant que « chaque vie perdue aujourd’hui est d’autant plus tragique que des vaccins sont en cours de déploiement » dans quelques États riches. Dans certains pays, le coronavirus continue de « circuler largement, et de nouveaux variants apparaissent ».

Pour l’Agence sanitaire mondiale de l’ONU, il ne s’agit pas d’une évolution inattendue, mais elle donne « une nouvelle urgence aux efforts mondiaux pour maîtriser cette pandémie ». Et « chaque fois que le virus mute – où que ce soit dans le monde – il peut réduire l’efficacité de des vaccins, médicaments et tests », a-t-il dit.

Dans le même temps, le monde doit être prêt à « adapter les vaccins pour qu’ils restent efficaces », comme c’est le cas pour les vaccins antigrippaux, ces derniers étant mis à jour deux fois par an, souligne l’OMS. « Les fabricants devront s’adapter à l’évolution du virus, en tenant compte des derniers variants pour les futurs vaccins, y compris les rappels », a fait remarquer le Dr Tedros.

M.S. (avec MAP)


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco



Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page