Nouvelle accusation contre Carlos Ghosn

La situation se corse pour Carlos Ghosn. Placé en garde à vue depuis deux semaines, l’ancien président des conseils d’administration de Nissan et de Mitsubishi Motors doit faire face à un nouveau mandat d’arrêt émis contre lui par le bureau des procureurs de Tokyo.

La presse japonaise a en effet annoncé ce mercredi 5 décembre que Ghosn est soupçonné d’avoir dissimulé trois années de revenus supplémentaires, soit 31 millions d’euros. Les médias ont précisé que cette nouvelle accusation pourrait relancer la procédure de garde à vue qui peut durer 22 jours à partir de lundi 10 décembre.

Rappelons que l’ancien patron de Renault-Nissan-Mitsubishi Motors a été arrêté lundi 19 novembre à Tokyo. Il est accusé de malversations par le constructeur japonais Nissan. Il est soupçonné d’avoir sous-évalué sa rémunération dans des rapports financiers. Carlos Ghosn aurait dissimulé aux autorités boursières environ 38 millions d’euros de revenus sur cinq années.

“En outre, de nombreuses autres malversations ont été découvertes, telles que l’utilisation de biens de l’entreprise à des fins personnelles”, affirme Nissan.

La chute brutale de celui qui sera certainement chassé de son poste a choqué le monde entier. ‘’Ce qu’il a fait est sans précédent dans l’histoire des entreprises au Japon”, a assuré Kosuke Sato, économiste au Japan Research Institute.

Après son arrestation, les critiques à l’encontre de Ghosn pleuvent et son successeur au poste de président exécutif de Nissan Hiroto Saikawa ne l’a pas non plus épargné. Après l’arrestation, ce dernier a taclé Ghosn lors d’une conférence, abordant «ce côté obscur du Brésilo-Libanais et ce pouvoir trop concentré pendant des années entre ses mains».

S.L.

 

 

 

 

 

Suggestions d’articles

Fès: un individu a semé la terreur dans l’ancienne médina

Il a été arrêté.