Meurtre de Khashoggi: MBS dédouané par la justice saoudienne

Le ministre saoudien des affaires étrangères Adel al-Jubeir a affirmé ce jeudi 15 novembre que le prince héritier Mohammed Ben Salmane, accusé par la presse turque d’avoir donné l’ordre de tuer le journaliste Jamal Khashoggi, n’est pas impliqué dans ce meurtre.

«Le prince héritier n’a rien à voir avec cette affaire. C’est quelque chose qui est totalement rejetée. L’affaire est maintenant judiciaire et elle est traitée par le système judiciaire en Arabie Saoudite», a-t-il expliqué lors d’une conférence de presse à Ryad, soulignant qu’il y a encore des zones d’ombre dans ce crime. «Certes, il y a encore un mystère et nous espérons que nos frères en Turquie aideront l’Arabie saoudite à dissiper les zones d’ombre restantes», a-t-il ajouté.

Al-Jubeir a également assuré que l’Arabie Saoudite refuse catégoriquement l’enquête internationale demandée par la Turquie sur ce meurtre qui a eu lieu le 2 octobre au consulat du royaume à Istanbul. Mercredi 14 novembre, le ministre turc des affaires étrangères Mevlut Cavusoglu a, en effet, exigé l’ouverture d’une enquête internationale pour élucider les circonstances de cet assassinat, ce qui n’a pas été au goût des Saoudiens.

Le ministre saoudien a d’ailleurs regretté «qu’il y ait des tentatives de politiser cette question vu la violente campagne menée par les médias turcs et qataris contre l’Arabie Saoudite».

A noter que le procureur général saoudien a annoncé, jeudi, que 11 des 21 individus qui ont fait l’objet d’une enquête dans le cadre de l’affaire du meurtre du journaliste Jamal Khashoggi ont été officiellement inculpés. La peine de mort a été requise contre cinq d’entre eux.

S.L.

Suggestions d’articles

À Safi, les circonstances d’un décès restent floues

Le corps d'une sexagénaire a été retrouvé pendu à son domicile.