Réfugiés: les maladies que l’on croyait disparues sont de retour

©Aris Messenis

Après avoir fui la guerre en Syrie, la vie idéale, tant désirée par les réfugiés, ne semble toujours pas à portée de main.

L’insalubrité et le manque d’hygiène des camps leur causent des maladies qui réapparaissent en Europe, rapporte l’AFP.
Gale, rougeole, tuberculose ou encore choléra, ces maladies que les Européens avaient oubliées refont surface dans les camps de réfugiés. Plusieurs cas de rougeole ont été enregistrés en France et en Turquie, de gale aux Pays-Bas. Pire encore, la salmonellose a été détectée chez quelques réfugiés, en Allemagne et des infections causées par le SAMR, résistant aux antibiotiques, en Suisse.

Ces maladies infectieuses sont réapparues en Europe, à cause de l’insalubrité, de la promiscuité et de la précarité des camps de réfugiés syriens. Beaucoup de migrants se sont retrouvés dans des camps mal équipés dont l’hygiène laisse à désirer. A cela s’ajoute la malnutrition et la fatigue qui entraînent une baisse des défenses immunitaires engendrant la réapparition de ces maladies.

Selon les spécialistes des malades infectieuses, notamment Hakan Leblebicioglu, “ces maladies ont refait surface au moment où le mouvement anti-vaccin européen gagne du terrain”. Mais les experts de Médecins sans frontières déclarent qu’il est impossible que ces épidémies se développent au sein des populations des pays européens touchés.

D’après les mêmes experts, l’objectif est de régulariser la politique des dépistages qui selon eux “sont effectués au hasard”. Actuellement, les pays membres de l’Union européenne n’ont pas encore trouvé une solution commune pour dépister, soigner et vacciner les nouveaux arrivants.

Articles similaires

Suggestions d’articles

Les prix du pétrole en hausse

Les prix du pétrole attaquaient la semaine en hausse lundi en cours d'échanges européens, après avoir souffert vendredi, à quelques jours du sommet de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et de leurs partenaires.