Les choses se compliquent pour M’jid El Guerrab

©DR
« Je répondrai à toutes les questions, à toutes les convocations parce que je ne veux pas supporter toute ma vie cette étiquette d’homme violent qui ne me correspond pas », déclare M’jid El Guerrab à Paris Match.
Le député de la « République en marche » a été mis en examen ce samedi à Paris. Il est accusé d’avoir frappé avec un casque Boris Faure, cadre du Parti Socialiste, qui a été hospitalisé en urgence.
« Je m’excuse pour la violence du geste. Et d’ailleurs, je condamne toute forme de violence car en dépit des paroles et insultes proférées, la violence n’est jamais la réaction appropriée » avait indiqué M’jid El Guerrab à l’AFP.
Selon ce dernier, c’est Boris Faure qui l’a pourtant provoqué et il aurait ensuite perdu son sang froid.
Un témoin a même affirmé avoir entendu Boris Faure dire « sale Arabe de merde ».  Aux dernières nouvelles, El Guerrab a donc été mis en examen pour « violences volontaires avec arme » ayant entraîné une incapacité totale de travail supérieure à huit jours, a affirmé son avocat Yassine Yakouti.

S.L.

Articles similaires

Suggestions d’articles

Après la décision de l’UE, le député M’jid El Guerrab défend le Maroc

"Ça suffit ! Le Maroc, l’Algérie et d’autres pays d’Afrique de l’Ouest gèrent bien mieux la situation sanitaire que nombre de pays européens !", a déclaré le député.