Le groupe AccorInvest envisage la suppression de 1.900 emplois en Europe

Le groupe AccorInvest, qui détient près de 900 hôtels dans le monde, a annoncé mercredi qu’il envisageait la suppression de 1.900 emplois en Europe dont environ 770 en France.

Le groupe, fortement touché par la crise sanitaire, a vu son chiffre d’affaires chuté de 70%.

« Dans le but de contenir les effets de cette crise sur le long terme, AccorInvest envisage un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) qui concernerait près de 1.900 postes au sein de l’entreprise, au niveau européen », écrit dans un communiqué le groupe ex-filiale d’Accor qui exploite principalement des marques du géant français de l’hôtellerie (Ibis, Novotel, Mercure…).

Selon les syndicats FO et CGT, cités par les médias de l’hexagone, 767 postes en France sont concernés par cette restructuration, dont « 709 dans les hôtels et 58 dans les sièges ». Un porte-parole d’AccorInvest a confirmé qu' »environ 770 postes » seront concernés dans le pays.

Le syndicat FO a dénoncé « une saignée sociale ». « C’est un choix irrationnel et illégitime dans un secteur qui a une forte capacité de rebond », a affirmé le secrétaire fédéral FO, Nabil Azzouz.

« L’enjeu à court terme mettra en difficulté l’entreprise demain », a estimé, pour sa part, la CGT, qui craint que les salariés qui resteront se retrouvent en sous-effectif lorsque les touristes reviendront.

Le groupe, qui assure avoir demandé un prêt garanti par l’Etat (PGE) et réfléchir à un renforcement de son capital, deux opérations d’un montant chacune de 470 millions d’euros, affirme que « depuis le début de cette crise, il a toujours eu pour principale préoccupation d’assurer la pérennité de l’entreprise et le maintien des compétences ».

« Des mesures d’accompagnement importantes seront mises en place afin de favoriser la préservation de l’emploi, notamment grâce au reclassement et à la formation », assure AccorInvest qui se fixe « jusqu’à la fin de l’année » pour définir les modalités de ce plan de départs. L’objectif est d’avoir un dialogue serein face à une crise historique », affirme le porte-parole du groupe.

Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page