Le fils de Netanyahu évoque Sebta et Melillia pour défendre Israël

Par Larbi Alaoui

Nos voisins du Nord sont remontés contre le fils de Benyamin Netanyahou, premier ministre israélien. Et l’ire ibérique a été provoquée par sa publication sur son compte Twitter , concernant… Sebta et Melilia, les enclaves marocaines occupées par l’Espagne.

Yair Netanyahu, réputé pour ses provocations, s’en est pris à ses « chers Arabes et musulmans » à qui il demande de libérer, d’abord, « les villes sous domination espagnole » au lieu de s’évertuer à désirer « prendre à l’Etat hébreu des terres qui lui reviennent de droit ».

Son message incendiaire n’épargne aucunement son « cher peuple espagnol ». Ainsi, Netanyahu fils reproche à l’Espagne d’occuper des territoires en Afrique du Nord et, en même temps, d’oser demander à Israël de restituer aux Palestiniens des terres juives. « Consultez la Bible », a-t-il eu l’outrecuidance d’ajouter. Le fils du Premier ministre est allé même jusqu’à proposer un « arrangement « B2B » aux Espagnols: Israël ne financera plus les ONG qui, en Espagne, militent afin que le Maroc récupère son bien, Sebta et Melilia. En contrepartie, l’Espagne renoncera à soutenir celles qui, en Israël, veulent le retour de la Judée et de la Samarie sous autorité palestinienne.

Bien sûr, les réactions outrées en Espagne ne se sont pas fait attendre. Et c’est par la voix de Santiago Abascal que la riposte cinglante est venue. Le chef du parti d’extrême droite « Vox » s’insurge contre les propos de Yair Netaynhu, le traitant de « frivole et d’ignorant », incitant à une « invasion islamiste » du sol espagnol, récupéré après la « reconquista » ayant duré 800 ans. Abascal oubliant que son parti avait déployé le drapeau espagnol sur les hauteurs du Rocher de Gibraltar, territoire britannique que Vox  revendique revenant de facto à l’Espagne, omettant sciemment que Sebta et Melillia sont marocaines.

Un paradoxe subliminal, et du rejeton Netanyahu qui veut absolument et faussement, selon le proverbe marocain « cacher le soleil avec un tamis », et d’Abascal clamant que Sebta et Mellilia sont espagnoles tout en aspirant que le Rochet du Détroit du même nom revienne dans le giron de l’Espagne.

Mais les faits historiques sont tenaces et prouvent, dans un cas comme dans l’autre, que l’Etat sioniste et l’Espagne sont deux pays qui occupent des territoires d’autres pays limitrophes et, qu’un jour ou l’autre, ils restitueront les biens d’autrui qu’ils ont usurpés.

S’agissant des villes marocaines du Nord, occupées par l’Espagne, Feu Hassan II, un roi et un homme politique visionnaire, avait toujours répété cette profession de foi. Le Maroc récupérera Sebta et Melilia quand le Royaume-Uni rétrocédera le Rocher de Gibraltar à l’Espagne. Ceci, pour une raison géopolitique simple, avait soutenu le souverain défunt. A savoir que les grandes puissances n’accepteront aucunement que l’Espagne contrôle les deux pointes de la mer d’Alboran (« al-Bahran » en arabe). Celle-ci « est comprise entre la Pénisule ibérique au nord, le Maroc au sud et le Détroit de Gibraltar, à l’ouest ».

Et même sans cette prévision hassanienne, un historien espagnol avait créé une polémique retentissante en Espagne quand il avait assuré que  les populations de Sebta et de Melilia seront musulmanes dans un avenir qu’il ne peut pas déterminer, et qu’elles obéissent déjà au Commandeur des croyants.

L.A.


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page