La Tunisie échappe à un nouveau bain de sang

Les autorités tunisiennes ont annoncé, mardi, avoir démantelé une cellule terroriste en lien avec l’agression au couteau lundi dernier d’un agent de police à Tozeur (424 km au sud de Tunis).

Les quatre membres de cette cellule ont avoué avoir planifié des projets d’attentat contre des sites sensibles et des postes de police, a précisé le ministère tunisien de l’Intérieur dans un communiqué.

La même source a ajouté que ces “terroristes”, qui étaient très actifs dans la région de Tozeur, avaient fait allégeance à l’organisation terroriste “Daech”.

La menace terroriste a considérablement baissé en Tunisie depuis les attentats sanglants de 2015 et la grande offensive contre la ville de Ben Guerdane, en mars 2016, à la faveur du démantèlement de dizaines de cellules dormantes et des opérations préventives dans les milieux extrémistes.

L’activité des groupes armés est, actuellement, confinée dans les zones montagneuses, proches de la frontière algérienne, où des incidents sont signalés par moment.

Les montagnes avoisinantes les frontières algériennes sont le théâtre depuis 2012 d’affrontements entre l’armée tunisienne et les groupes armés, en particulier la phalange Oqba Ibn Nafie, branche locale d’Aqmi, tenue pour responsable de plusieurs attaques dans le pays.

S.L. (avec MAP)

Articles similaires

Suggestions d’articles

Tunisie: voici le nouveau chef du gouvernement

Le président tunisien, Kais Saied, a chargé, ce vendredi, Habib Jemli du parti Ennahdha, arrivé en tête des législatives en Tunisie, de former le prochain gouvernement.