La situation ne s’arrange pas au Liban (vidéo)

Le Liban se prépare à de nouvelles manifestations , lundi, en attendant que le gouvernement se prononce sur un plan de réformes proposé par le Premier ministre, Saad Hariri. Des manifestants ont coupé de nombreuses routes, tôt ce matin, à travers le pays pour empêcher les employés de se rendre sur leurs lieux de travail, à l’heure où les appels à descendre dans la rue se multiplient sur les réseaux sociaux.

Banques, universités et écoles sont restées fermées lundi, alors que les Libanais étaient des centaines de milliers à réclamer dans une ambiance festive un changement radical d’un système politique accusé de corruption, de confessionnalisme et de clientélisme, sur fond de crise économique sans fin.

De Beyrouth à la ville de Tripoli, dans le nord, en passant par les localités du sud et les villes de l’est, ils avaient défilé dans un élan exceptionnel d’unité pour exprimer leur colère.

Le mouvement de contestation a été déclenché spontanément jeudi suite à l’annonce d’une nouvelle taxe sur les appels effectués via les applications de messagerie Internet, une décision finalement annulée.

Le lendemain, Saad Hariri avait accordé 72 heures à sa coalition gouvernementale pour soutenir ses réformes bloquées par les divisions politiques. Le gouvernement doit tenir, lundi en milieu de matinée, une réunion présidée par le chef de l’Etat Michel Aoun, pour se prononcer sur les réformes proposées. D’après un responsable du gouvernement, les principaux partis ont accepté de ne plus imposer de nouveaux impôts et un programme de privatisations.

S.L. (avec MAP)

Articles similaires

Suggestions d’articles

Ça commence à chauffer au Liban (VIDEO)

Plus de 220 personnes ont été blessées ce samedi dans des affrontements entre manifestants anti-gouvernementaux et forces de l'ordre à Beyrouth, a indiqué la Croix-rouge libanaise.