La provocation de Tariq Ramadan en France

L’on connaît les déboires de Tariq Ramadan mis en examen pour viols après les plaintes pour viols de deux femmes. Mis en examen, l’islamologue suisse, qui dit toujours qu’il s’agissait de rapports sexuels « consentis », a été remis en liberté provisoire en novembre dernier.
Au lieu de se faire discret en attendant la décision de la justice en ce qui le concerne, Tariq Ramadan a cru bon assister à une conférence à Saint Denis (93), commune située au nord de la capitale française, lundi dernier. Laquelle conférence ne traitait nullement de religion, comme l’on peut supposer de la part d’un islamologue.
Pas du tout! Tenez-vous bien! L’homme accusé de viols est venu assister à une conférence dont le thème est: »Lutter contre les violences faites aux femmes »! Et la présence de l’Egypto-suisse n’est pas passée inaperçue, loin s’en faut, et a suscité l’indignation générale. La municipalité de Saint Denis a même vigoureusement condamné sa présence qu’elle a qualifiée de « provocation inacceptable ».
A signaler que depuis sa libération provisoire, l’islamologue s’est installé dans la ville de Saint-Denis. Mais il n’a pas été invité à assister à ladite conférence et on lui avait répété à plusieurs reprises que sa présence n’était pas souhaitable. Plusieurs personnes parmi l’auditoire lui ont même demandé, mais en vain, de quitter la salle de la mairie. Et la municipalité a argué qu’il n’était en son pouvoir de le faire partir manu militari car la contrainte physique est impossible dans un cas pareil, lors d’une réunion publique.
La même source s’insurge contre ce qu’elle appelle des « provocations ignobles » de Tariq Ramadan qui a fait fi du respect et à la décence dues aux personnes luttant contre les violences faites aux femmes.
Larbi Alaoui

Articles similaires

Suggestions d’articles

Explosions au Liban: Macron attendu à Beyrouth

Le président français Emmanuel Macron se rendra, jeudi à Beyrouth, suite à la double explosion survenue mardi au port de la capitale libanaise, faisant plus de 100 morts et 4.000 blessés, a annoncé ce mercredi l'Élysée.