La police marocaine bientôt à Rennes?

Mustapha Laabid, directeur associatif et homme politique français, membre de La République en marche et élu député de la première circonscription d’Ille-et-Vilaine lors des élections législatives de 2017, a émis le souhait de voir des policiers marocains à Rennes.

L’homme qui est aussi Président du groupe d’amitié France-Maroc, verrait d’un bon œil, selon Le Télégramme, un quotidien régional breton, voir des éléments de nos forces arpenter les rues de Rennes, chef-lieu du département d’Ille-et-Vilaine et de la région Bretagne. C’est qu’à l’instar de Paris, la Préfecture bretonne est en proie à une délinquance des Mineurs non-accompagnés, dont certains viennent du Maroc.

De son côté, Najoua El Berrak, notre nouveau Consul général du Maroc à Rennes, tout juste installée en début de ce mois, s’est dite, quant à elle, prête à collaborer avec les autorités locales, si besoin était, à travers un accord entre la France et le Maroc, pour lutter contre les délits juvéniles que connaît cette ville du Nord-Ouest de l’Hexagone.

Najoua El Berrak a, en outre, dans un entretien accordé au média, donné quelques éclaircissements sur le mode de fonctionnement de ces fonctionnaires appelés en renfort à Paris qui au demeurant n’ont aucunement le pouvoir d’arrêter ces jeunes migrants. C’est une équipe multidisciplinaire qui se trouve au Consulat et qui est composée de policiers, mais aussi de juges ou encore d’agents de protection de l’enfance.

Elle n’est là que pour l’identification de ces jeunes à des fins de délivrance d’éventuels laissez-passer. Leur rôle se limitant à la vérification de leur nom, et de leur nationalité marocaine afin de prendre contact avec leurs proches à des fins de retour au pays si accord de la famille, il y a.

M.J.K

 

Articles similaires

Suggestions d’articles

Le consul du Maroc à Oran a regagné le Royaume

Accusé d'avoir traité le voisin de l'Est de "pays ennemi", lors d'une rencontre avec un groupe de Marocains désirant être rapatriés d'Algérie, le consul général du Royaume à Oran a été la cible de quolibets et de critiques acerbes de la part des médias et des réseaux sociaux algériens.