La France a pris une décision après le crash d’Ethiopian Airlines

La France a annoncé, ce mardi, l’interdiction de son espace aérien aux Boeing 737 MAX suite au crash dimanche d’un appareil de ce type en Éthiopie, faisant 157 morts dont huit membres d’équipage.

“Compte tenu des circonstances de l’accident en Éthiopie, les autorités françaises ont pris la décision, à titre conservatoire, d’interdire tout vol commercial effectué sur un Boeing 737 MAX à destination, au départ ou survolant le territoire français”, a indiqué la Direction générale de l’Aviation civile (DGAC) dans un communiqué.

Outre la France, d’autres pays, dont l’Allemagne, l’Irlande, le Royaume Uni, la Malaisie et l’Australie, ont décidé d’interdire leur espace aérien aux Boeing 737 MAX à un moment où les Etats-Unis continuent à afficher leur confiance dans leur constructeur en dépit du crash de l’appareil de l’Ethiopian Airlines après celui d’un autre appareil du même modèle de la compagnie indonésienne Lion Air en octobre dernier, faisant 189 morts.

Lundi, les autorités de la navigation aérienne en Chine avaient ordonné aux compagnies aériennes chinoises de suspendre les vols de leurs Boeing 737 MAX8.

Rappelons qu’après le crash du Boeing d’Ehiopian Airlines, la Royal Air Maroc a suspendu les vols programmés à bord de son Boeing 737 MAX 8, a confirmé une source bien informée à Le Site info.

La décision a été prise après les inquiétudes de l’opinion publique concernant ce modèle. Des vérifications et tests seront effectués par la compagnie avant de prendre une décision.

À noter que la RAM possède deux Boeing de ce type et qu’un seul est opérationnel, tandis que le deuxième est en cours d’autorisation, précise notre source. Le Boeing 737 MAX était destiné à la ligne Casa-Londres.

S.L. (avec MAP)

عرض محدود مع كوراليا _ إستفيدوا من %3 تخفيض على جميع مشاريعنا

Suggestions d’articles

Visas Schengen: le Maroc cherche des solutions aux retards

La secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères vient de faire part de la prochaine tenue d'une réunion entre le gouvernement El Othmani et une Commission de l'Union européenne.