France: les étudiants marocains sont en colère

L’augmentation des droits universitaires dès la rentrée 2019 pour les non-Européens, impacte l’avenir de la jeunesse marocaine en particulier et africaine en général.

Première communauté d’étudiants étrangers à aspirer à un cursus en France, les quelque 40.000 Marocains, voient du coup, leur rêve partir en fumée et nombre d’entre eux dès la prochaine rentrée devront renoncer à leurs aspirations, soit en restant au pays, soit en reversant leurs ambitions estudiantines vers d’autres destinations.

Ils devront du coup s’adapter à d’autre langues et cultures et donc à d’autres destinations. L’Allemagne et la Turquie entre autres deviennent, par la force des choses, plus à portée des bourses de nos chérubins. Les points de chute anglophones pour les enfants issus de la classe moyenne et qui forment le gros du contingent d’étudiants marocains étant hors de question de par leurs coûts exorbitants qui ne sont réservés qu’aux plus aisés.

Le cursus universitaire pour un master voire une licence ou un doctorat coûtera entre 2770 euros à 3770 euros en master et en doctorat (contre 243 euros en master et 380 euros en doctorat pour l’exercice en cours). La décision, prise par la France de multiplier par dix ou plus les droits d’inscription universitaires pour les étudiantes hors UE n’est préjudiciable que pour l’Afrique et malheureusement ce sont les plus nombreux à venir se former dans l’Hexagone.

M.J.K


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page