Explosion d’un colis piégé à Lyon: le principal suspect est pro-Daech

Après avoir reconnu avoir conçu le colis piégé dont l’explosion, vendredi dernier, à Lyon (centre-est de la France) a fait 13 blessés, le principal suspect de cet attentat, un algérien de 24 ans, a avoué devant les enquêteurs français avoir fait allégeance au groupe Etat islamique (EI), a-t-on indiqué jeudi de source judiciaire.

Cet aveu intervient au lendemain de la prolongation de la garde à vue à laquelle le suspect était assujetti en compagnie de trois membres de sa famille. Selon le parquet, la garde à vue des parents du jeune homme a été levée en début d’après-midi, « en l’absence d’élément les incriminant à ce stade » tandis qu’elle a été maintenue dans les locaux des services antiterroristes français pour lui et pour son frère.

L’explosion s’était produite devant une boulangerie d’une rue très fréquentée du centre-ville de Lyon. Le colis piégé utilisé contenait des vis, des billes de métal, des piles, ainsi qu’un circuit imprimé et un dispositif de déclenchement à distance. D’après les médias, l’enquête a déjà permis de déterminer que « le profil génétique identifié sur les éléments de l’engin retrouvé sur les lieux de l’explosion correspond à celui du principal suspect ». Lors des perquisitions menées au domicile familial à Oullins, dans la proche banlieue lyonnaise, « des éléments susceptibles d’entrer dans la composition du TATP ont été retrouvés », ont-ils également indiqué.

L’exploitation du matériel informatique saisi au cours des perquisitions a par ailleurs « mis en évidence des recherches sur internet relatives au jihad et à la fabrication d’engins explosifs ».

L’interpellation du suspect, dont une sœur a été aussi entendue en audition libre, avait eu lieu lundi sur la voie publique dans le cadre d’une filature, les policiers redoutant la présence d’explosifs chez lui.

S.L. (avec MAP)

Articles similaires

Suggestions d’articles

Les images de l’incendie mortel à Vincennes, en banlieue parisienne (VIDEO)

Deux personnes ont été tuées dans un violent incendie qui a ravagé, dans la nuit de lundi à mardi, un immeuble à Vincennes, en banlieue parisienne.