EasyJet : expulsée d’un vol à cause… de son décolleté

“Couvrez ce sein que je ne saurai voir/ Par de pareils objets les âmes sont blessées/ Et cela fait venir de coupables pensées”, dit le Tartuffe de Molière.

Quelques siècles plus tard, le décolleté sans soutien-gorge, porté par une passagère, n’a pas été du goût de l’équipage d’un avion de la compagnie aérienne “Easyjet”, rapportent des médias anglais.

Cette Britannique, âgée de 31 ans et maman de deux enfants, a été jugée “persona non grata” dans l’avion qui devait la ramener de Malaga, en Espagne, au Royaume-Uni. Harriet a donc été débarquée et a été escortée après les réflexions outragées, d’abord de l’hôtesse de l’air, puis d’un passager.

La jeune femme avait toutefois essayé de se couvrir la poitrine avec le pull-over de son compagnon, après la première remarque de l’hôtesse de l’air sur son accoutrement. Mais cela s’était révélé insuffisant aux yeux de l’équipage. Jugeant ce comportement comme “tellement” sexiste, la Britannique s’est dit avoir été choquée par la réaction violente du personnel de l’avion et par son expulsion manu militari.

Mais la compagnie aérienne a un autre son de cloche concernant cette affaire de décolleté, dont la vue aurait “scandalisé” aussi bien l’équipage que l’un des passagers. Pour “Easyjet”, ce n’est pas la tenue vestimentaire de la passagère qui avait été en cause et outré, mais “son comportement inapproprié”. Et si on l’avait débarquée, c’est à cause de sa manière “perturbante et abusive” envers un membre de l’équipage, soutient la compagnie aérienne qui dit ne tolérer aucun acte menaçant à l’encontre de son personnel.

Résultats des courses, une nuit supplémentaire en Espagne pour Harriet. En l’occurrence, à l’aéroport de Malaga avant de regagner ses pénates anglaises, le lendemain.

Les médias britanniques ont omis de décrire la tenue vestimentaire portée par la jeune femme au retour et si c’est dans un avion de la même compagnie aérienne. ” That’s the question”, diraient certains curieux aimant la langue de Shakespeare!

Larbi Alaoui

Articles similaires

Suggestions d’articles

Après avoir “fugué”, l’épouse de l’émir de Dubaï saisit la justice

La fille du défunt roi jordanien, Hussein ben Talal, ayant "fugué" en Allemagne d'abord, puis au Royaume-Uni, a esté en justice contre son mari, l'émir Mohammed Ben Rached al-Maktoum, 70 ans.