Du nouveau dans l’affaire de l’actrice accusée d’incitation à la débauche

L’affaire a fait beaucoup de bruit en Egypte, mais aussi dans plusieurs pays dans le monde.  C’est la tenue portée par Rania Youssef, une actrice égyptienne de 45 ans qui avait fait polémique.

Rappel des faits. La semaine dernière, elle a été accusée “d’incitation à la débauche” pour avoir porté une robe transparente à la cérémonie de clôture du festival international du film du Caire. Ce qui a été relayé par de nombreux médias et provoqué un tollé.

Aux dernières nouvelles, des avocats ont indiqué avoir retiré leurs plaintes contre Rania Youssef après des “excuses publiques”. “Nous avons retiré la plainte que nous avions déposée contre Rania”, a affirmé à l’AFP l’avocat Amr Abdel Salam. L’audience initialement prévue le 12 janvier a donc été annulée.

Dans un tweet, l’actrice égyptienne a pourtant précisé “l’enquête n’est pas terminée”. Ce qui veut dire qu’elle n’est pas totalement sortie d’affaire.

Elle risquait jusqu’à cinq ans d’emprisonnement. Le syndicat des artistes égyptiens avait également crié au scandale: “l’apparence de certaines invitées du festival n’est guère conforme aux traditions de la société”, pouvait-on lire dans un communiqué.

“J’ai peut-être fait un mauvais calcul quand j’ai choisi de porter cette robe”, a ensuite écrit l’actrice sur Twitter… “Je ne pensait vraiment pas que cette robe déclencherait autant de colère”.

Rappelons qu’en Egypte, d’autres stars ont été condamnées dans des affaires similaires. Les chanteuses Shyma et Leila Amer, ont été condamnées à un an et deux ans d’emprisonnement pour des clips vidéo jugés osés.

S.L. (avec agences)

Suggestions d’articles

Le Maroc n’est pas l’un des favoris pour la CAN 2019, selon Hervé Renard

Dans une interview accordée à Jeune Afrique, le sélectionneur national Hervé Renard a évoqué les chances des Lions de l'Atlas lors de la CAN 2019, qui aura lieu en Egypte du 13 juin au 15 juillet prochain.