Donald Trump fait une demande au Japon

©DR

A l’entame de sa visite officielle au Japon, le président américain Donald Trump a appelé samedi Tokyo à des relations commerciales “plus justes” avec son pays.

“Le Japon a eu un avantage considérable pendant de très nombreuses années (…) mais cela va devenir un peu plus juste”, a-t-il affirmé lors d’une réunion avec de grands patrons japonais, allusion aux discussions en cours pour parvenir à un accord bilatéral entre les première et troisième économies du monde.

“Avec cet accord, nous espérons venir à bout du déséquilibre commercial, éliminer les entraves aux exportations américaines et assurer justice et réciprocité dans nos relations. Nous espérons faire plusieurs nouvelles annonces prochainement dont de très grosses dans les mois qui viennent”, a-t-il dit.

Des discussions se sont tenues samedi soir, en marge de cette visite, entre le ministre japonais de l’Economie, Toshimitsu Motegi, et le représentant américain au Commerce Robert Lighthizer. A l’issue de ces discussions M. Motegi a affirmé devant la presse “un approfondissement” de la compréhension mutuelle entre les deux parties “sans que cela signifie que leurs positions soient en parfaite harmonie”.

“Nous avons convenu qu’il nous fallait faire des efforts pour parvenir prochainement à un accord (…) mais je ne pense pas que nous le signerons le 27 mai”, a ajouté le ministre japonais.

Depuis qu’il est au pouvoir, le président Trump secoue la diplomatie mondiale avec notamment une politique économique agressive, même à l’encontre des plus vieux alliés des Etats-Unis, afin de protéger l’industrie américaine.

Donald Trump, qui a reporté la semaine dernière de six mois l’imposition de droits de douane supplémentaires sur les importations de voitures japonaises et européennes, a toutefois déclaré que la dépendance des Etats-Unis envers l’industrie automobile étrangère représentait une menace pour la sécurité nationale américaine.

S.L. (avec MAP)

Articles similaires

Suggestions d’articles

Trump confirme la mort de Hamza Ben Laden

Le président américain Donald a confirmé samedi la mort de Hamza Ben Laden, fils d'Oussama Ben Laden considéré comme son héritier à la tête d'Al-Qaïda, et dont le décès avait été rapporté fin juillet par des médias américains.