Covid-19: les Philippines, premier pays à réimposer un large confinement

Estimant qu’elles étaient en train de perdre la bataille contre le Covid-19, les autorités des Philippines ont décidé de renouer avec un strict reconfinement des habitants sur une large partie de son territoire.

Plus de 27 millions de personnes, soit environ le quart de la population, sont de nouveau contraintes de rester chez elles, sauf motif impérieux ou pour des achats alimentaires.

Avec seulement 24 heures de préavis, les commerces ont fermé, tout comme les salons de coiffure, cinémas et salles de sport, tandis que les restaurants ne sont autorisés à servir que des plats à emporter.

Les transports publics ont cessé et les avions ont été cloués au sol, prenant de court de nombreux Philippins coincés à Manille et dans l’impossibilité de rentrer chez eux. D’autant plus que de nombreuses régions exigent désormais un certificat de non-infection, difficile à obtenir.

Les nouvelles mesures mettent à l’arrêt des pans entiers de l’économie philippine, a reconnu la présidence, qui a averti que l’activité économique du pays avait lourdement décroché au premier semestre. Le PIB avait déjà décroché de 5 % au premier trimestre par rapport au dernier trimestre de 2019.

Ce reconfinement a été décidé par les autorités après le cri d’alarme des associations de médecins, qui ont averti que le pays était en train de « perdre la bataille » contre le Covid-19. Une lettre ouverte d’un million de personnels de santé a appelé les autorités à intervenir.

Les mesures sanitaires aux Philippines ont été parmi les plus strictes au monde et ont seulement été assouplies en juin dernier. Depuis lors, les infections ont été multipliées par sept, pour atteindre 112.000 cas. « Nous n’avons pas été à la hauteur. Personne ne s’attendait à cela », a reconnu le président Rodrigo Duterte.

Articles similaires

Suggestions d’articles

Covid-19 : arrêté pour avoir fabriqué un faux vaccin

Un indien de 32 ans a été arrêté dans la ville de Bargarh (est) pour son implication présumée dans la fabrication de faux vaccins Covid-19, a annoncé samedi la police indienne.