Covid-19: le monde franchit le cap des deux millions de morts

Le monde a franchi vendredi un « cap douloureux » avec le passage du seuil des deux millions de morts à la suite du COVID-19, a déploré le Secrétaire général de l’ONU, qui a réitéré son appel à plus de solidarité mondiale pour venir à bout de cette pandémie meurtrière.

« Nous avons franchi un cap douloureux: deux millions de vies fauchées dans le monde à cause de la pandémie de COVID-19. Derrière ce chiffre pharamineux, il y a des noms et des visages: le sourire qui n’est plus qu’un souvenir, le siège à jamais vide lors des repas, la pièce qui résonne du silence d’un être cher », a regretté Antonio Guterres, dans un message vidéo pour marquer ce seuil fatidique.

« Malheureusement, en l’absence d’une action concertée au niveau mondial, les effets meurtriers de la pandémie se sont aggravés », a-t-il constaté, estimant que pour honorer la mémoire de ces deux millions d’âmes, le monde doit se montrer « bien plus solidaire ». « Il est temps », a insisté le chef de l’ONU.

Le Secrétaire général a relevé que des vaccins sûrs et efficaces contre le COVID-19 sont disponibles et que l’ONU aide les pays à mener « la plus grande campagne de vaccination de l’histoire ».

« Nous sommes engagés à ce que les vaccins soient considérés comme des biens publics mondiaux : des vaccins du peuple. Il faut donc garantir le financement intégral du Dispositif pour accélérer l’accès aux outils de lutte contre le COVID-19 (Accélérateur ACT) et de son Mécanisme COVAX, dont l’objectif est de rendre le vaccin disponible et abordable pour toutes et tous », a-t-il souligné.

Pour Guterres, les grandes économies de la planète ont une « responsabilité particulière » à cet égard.

« Pourtant, nous observons aujourd’hui un vide vaccinal. Si les pays à revenu élevé ont accès aux vaccins, ce n’est pas le cas des pays les plus pauvres. C’est un succès pour la science mais un échec pour la solidarité », a-t-il déploré.

Et de regretter, à cet égard, que certains pays concluent des accords parallèles et se procurent même des vaccins au-delà de leurs besoins. « Les gouvernements ont la responsabilité de protéger leurs populations, mais le « vaccinationalisme » est voué à l’échec et ne fera que retarder un relèvement à l’échelle mondiale. On ne viendra pas à bout du COVID-19 si chaque pays agit de son côté », a mis en garde le chef de l’ONU.

Selon lui, les fabricants doivent redoubler d’efforts et collaborer avec le mécanisme COVAX et les pays du monde entier pour garantir un approvisionnement suffisant et une distribution équitable des vaccins.

« Les pays doivent s’engager dès maintenant à partager les excédents de doses de vaccins. Il sera ainsi plus facile de faire vacciner d’urgence l’ensemble du personnel de santé partout dans le monde et de prévenir un effondrement des systèmes de santé », a plaidé Antonio Guterres.

Pour gagner la confiance du public, a poursuivi le Secrétaire général, « nous devons accroître la confiance dans les vaccins et les faire mieux connaître grâce à une communication efficace fondée sur des faits ».

« Nous ne pourrons vaincre le virus que d’une seule façon : en étant unis. La solidarité mondiale sauvera des vies, protégera les populations et permettra de terrasser ce virus redoutable », a conclu le Secrétaire général.

S.L. (avec MAP)

Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page