Comment Carlos Ghosn s’est défendu face aux juges

Carlos Ghosn, patron de l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi Motors, a été arrêté lundi 19 novembre à Tokyo. Il est accusé de malversations par le constructeur japonais Nissan et soupçonné d’avoir sous-évalué sa rémunération dans des rapports financiers.

D’après Nissan, Carlos Ghosn a « dissimulé ses revenus au fisc » et aurait « pendant de nombreuses années déclaré des revenus inférieurs au montant réel ». « En outre, de nombreuses autres malversations ont été découvertes, telles que l’utilisation de biens de l’entreprise à des fins personnelles », affirme Nissan qui l’a démis de ses fonctions.

Selon le quotidien japonais Asahi Shimbun, Carlos Ghosn a assuré devant le parquet de Tokyo qu’il n’avait pas déclaré une partie de ses revenus «parce que son conseiller juridique lui avait affirmé que ces revenus, payés après sa retraite, ne devaient pas y figurer».

D’après Le Monde, Ghosn n’aurait pas déclaré 39 millions d’euros entre 2010 et 2015. Le parquet a en effet assuré qu’il déclarait une rémunération annuelle d’un milliard de yens pour son poste à Nissan au lieu de deux milliards. « Je n’ai pas pensé que c’était illégal », s’est-il défendu.

Une source du journal français au Japon a appuyé les dires de l’ancien patron de Nissan, soulignant que «les cadres ne s’occupent pas eux-mêmes de leurs déclarations financières ou fiscales». «C’est généralement l’entreprise qui s’en occupe», a-t-elle précisé.

Par ailleurs, le quotidien japonais a fait de nouvelles révélations fracassantes concernant les abus de Ghosn. L’entreprise a accusé en 2008, pendant la crise financière, des pertes de 13,2 millions d’euros sur des investissements personnels de Ghosn. Il a également offert un emploi à sa sœur et profité de résidences mises à disposition par Nissan.

Ghosn a même utilisé l’entreprise comme garant lorsque la banque lui a réclamé davantage de cautions en 2006.

S.L.


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page