Bouteflika: Entre la vie et la mort, les Algériens s’interrogent et attendent…

Lors d’un récent voyage à Tunis, le Premier ministre algérien Abdelmalek Sellal a dit: « Bouteflika se porte bien ». Une déclaration rassurante, mais pas du tout convaincante. Et pour cause: les rumeurs vont bon train sur la dégradation de l’état de santé du président algérien. Ce qui a poussé l’Etat à annuler les visites officielles d’Angela Merkel et de Mohamed Rohani, d’Iran.

Depuis quelques semaines, des rumeurs deviennent de plus en plus persistantes, alors que les responsables algériens observent un mutisme très révélateur du désarroi qui a gagné les cercles du pouvoir.

Or, beaucoup d’indices concordants laissent croire que les jours du président Bouteflika sont comptés. Certains médias sont allés plus loin en affirmant qu’il était déjà « mort cliniquement ». Ces médias croient savoir, de sources médicales et de milieux proches du pouvoir, que Bouteflika est mis sous assistance respiratoire.

Les mêmes rumeurs sont diffusées à travers des chaînes de télévision privées et des web Tv. Mais toujours rien d’officiel.

Pendant ce temps, le peuple est dans l’expectative, quoique beaucoup d’Algériens déclarent s’en désintéresser éperdument, puisque pour nombre d’entre eux, l’éclipse prolongée du président a trop duré.

La Constitution algérienne prévoit qu’en cas d’incapacité du président ou de sa disparition, c’est le président de la chambre du peuple (Parlement), qui assumera provisoirement les fonctions présidentielles en attendant l’organisation d’élections présidentielles, dans un délai de deux mois.

T.J




Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page