Boeing: le crash d’Ethiopian Airlines prend une nouvelle tournure

Des avocats représentant 15 familles kényanes, dont les proches sont morts dans le crash d’avion du 10 mars en Éthiopie, ont annoncé vendredi que leurs clients avaient rejeté l’offre de Boeing pour un règlement de l’affaire à l’amiable.

Le sénateur de Murang’a, Irungu Kang’ata, et l’avocat basé à Nairobi, Stephen Gachie, dont les cabinets d’avocats respectifs forment un consortium avec deux autres cabinets aux États-Unis, ont déclaré que les familles des victimes ont catégoriquement refusé l’offre de Boeing, assurant que “cette stratégie vise à diminuer le montant d’indemnisation” des familles.

Cité samedi par le journal “Daily Nation”, Mike Danko, avocat spécialisé dans l’aviation et impliqué dans cette affaire, estime que cette stratégie de Boeing vise à diminuer le montant des compensations aux proches des victimes.

Mercredi dernier, le géant aéronautique américain Boeing a annoncé le versement de 100 millions de dollars aux familles des victimes des deux accidents de son avion 737 MAX, qui ont fait 346 morts. Pour rappel, le Boeing 737 MAX 8 de la compagnie Lion Air s’est abîmé le 29 octobre dernier en mer de Java, tuant 189 personnes.

Le 10 mars, un autre Boeing 737 MAX, cette fois-ci appartenant à la compagnie Ethiopian Airlines, s’est écrasé après son décollage d’Addis Abeba.

Ces deux crashs ont entraîné l’immobilisation au sol de toute la flotte de 737 MAX à travers le monde et ont forcé Boeing à en suspendre les livraisons.

S.L. (avec MAP)

Articles similaires

Suggestions d’articles

Le vieux conflit Boeing-Airbus refait surface

Dans cette "bataille juridique des subventions", la plus longue et la plus complexe jamais traitée par l'OMC, chacun des deux belligérants conteste systématiquement la légitimité des aides accordées au camp opposé.