Algérie: une femme médecin enceinte de 8 mois succombe au covid-19

Vendredi dernier, Wafa Boudissa, une femme médecin de 28 ans exerçant dans un hôpital au sud-est d’Alger, est décédée des suites du covid-19. Elle était enceinte de 8 mois.

Suite à ce drame, le directeur de l’établissement hospitalier a été démis de ses fonctions dimanche, rapporte l’AFP, précisant que le responsable avait refusé un congé à la victime. Le ministre algérien de la Santé, Mohamed Benbouzid, a également ordonné l’ouverture d’une enquête administrative pour déceler les circonstances exactes de ce décès. Selon une source de l’agence française, le ou les responsables risquent d’être poursuivis en justice pour homicide par négligence au cas où une faute grave est avérée.

Par ailleurs, les collègues de la défunte, sous le choc, n’ont pas mâché leurs mots pour exiger la sanction des responsables. Tous estiment que la jeune victime était prioritaire pour bénéficier d’un congé exceptionnel vu sa grossesse avancée.

D’après un décret présidentiel, les femmes enceintes, les femmes élevant des enfants, les personnes atteintes de maladies chroniques et celles présentant des vulnérabilités médicales sont considérées, en effet, comme prioritaire au titre du congé exceptionnel.

Ce décès a aussi suscité colère et indignation sur la Toile algérienne et les internautes ont appelé à ce que les responsables de ce drame soient punis.

N.M.

 

 

Articles similaires

Suggestions d’articles

Sahara marocain: l’isolement de l’Algérie mis à nu par un expert salvadorien

Un expert salvadorien a mis en avant l'isolement de l'Algérie sur la scène internationale dans son appui au polisario et à ses thèses éculées.