Algérie: un ex-ambassadeur flingue le clan Bouteflika

Selon le site Algérie patriotique, un ancien ambassadeur français à Alger porte de lourdes accusations de corruption à l’encontre du président démissionnaire et de ses frères.

Il s’agit de Bernard Bajolet qui, après avoir quitté son poste d’ambassadeur, était rentré à Paris pour devenir patron de la DGSE (Direction générale de la sécurité extérieure). Poste où lui succèdera Bernard Emié, un autre ex-ambassadeur à Alger.

C’est lors d’une émission d’Arte, la chaîne franco-allemande, consacrée au “Mouvement du 22 février” que Bernard Bajolet a pointé la clan Bouteflika et son implication dans plusieurs affaires de corruption et d’abus de pouvoir, rapporte la même source algérienne.

Ces accusations concernent, au premier chef, “Monsieur 15%”, sobriquet donné à Saïd Bouteflika car il aurait perçu “des rétrocommissions en contrepartie de marchés publics indument octroyés à des hommes d’affaires actuellement emprisonnés”.

Toutefois, précise Algérie patriotique, l’ancien ambassadeur n’a apporté aucune preuve tangible étayant ses accusations à l’encontre de Abdelaziz Bouteflika et de ses deux frères. En revanche, le site algérien affirme que la France ne pouvait ne pas ignorer l’implication du clan Bouteflika dans des affaires liées au crime économique.

Cependant, l’ancienne puissance coloniale a préféré fermer les yeux et ne pas dénoncer des faits passibles de sanctions à l’échelle internationale, car elle y trouvait son compte, sous-entend la même source.

Larbi Alaoui

Articles similaires

Suggestions d’articles

Algérie: le Parlement européen tacle les autorités

Le Parlement européen a condamné, jeudi, les violations massives des droits de l'homme en Algérie, la violence à l’encontre des militants et des manifestants, les cas de torture avérés et la politique de persécution religieuse qui s’est traduite notamment par la fermeture des églises.