Algérie: que cache le remue-ménage dans l’armée?

Un “même pas peur” que ce bruit de bottes qu’entend de nous faire entrevoir le voisin de l’Est, à travers, d’abord, la visite surprise à Tindouf à titre d’intimidation (une de plus serait-on tenté de dire), du vice-ministre de la Défense, chef d’état-major de l’armée, le général de corps d’armée Ahmed Gaïd Salah et ensuite le vaste remaniement aux allures de purge qu’il s’attelle à opérer à tire-larigot depuis quelques semaines et ce au plus haut niveau des forces armées et de sécurité de l’ANP. Un branle-bas “général”, s’apparentant comme qui dirait, à un chant de cygne. 

Et oui ! La nation vouée par la force des choses et du clan Bouteflika à des généraux véreux semble ne plus vouloir tenir sur ses pieds, à l’image de son président et si ce n’est le cas, on assiste tout de même chez le cousin de l’Est à une agonie, celle du pouvoir discrétionnaire dont usaient et abusaient et même plus, ses sommités militaires aujourd’hui sous le joug d’une grandeur et décadence avérée.

C’est ainsi donc, que depuis quelques semaines et l’hémorragie n’est pas prête de s’estomper, des chefs de régions, des chefs des armées et autres haut-fonctionnaires stratégiques de la machine militaire de l’ANP sont priés d’aller se faire voir ailleurs, au nom d’une sacro-sainte restructuration (mutations, voie de garage, retraites forcées, licenciements, enfin tout le remue-ménage y afférent).

Qu’est-ce-à dire tout cela, si ce n’est que l’été chaud que vit actuellement l’Algérie suscite moult interrogations chez la vox populi. Du, à qui le tour jusqu’aux tenants et aboutissements de ces règlements de comptes à distance, le citoyen algérien ne sait plus à quelle oreille s’en remettre, d’autant plus, que les nouvelles ne sont pas relayés par les canaux, classiques, historiques mais par des sites d’information dédiés à quelques gradés. Un délit d’initié voulu et même organisé que ces fuites.

Ces profonds remaniements dans les postes stratégiques de l’ANP semblent préparer, du moins pour celui qui en tire les ficelles, au poste très convoité de ministre de la Défense nationale. Vous qui suivez l’erreur, suivez d’autres regards, le complice attitré du Président Bouteflika, vaque quant à lui à ses occupations guerrières à Tindouf, histoire de remettre le tandem en disgrâce, Abdelaziz Bouteflika-Ahmed Gaïd Salah, sur la voie à défaut de rails.

Mohamed Jaouad Kanabi

Suggestions d’articles

Le PPS à la conquête de l’Algérie

On est alors en droit de se questionner sur la nature des partis que le PPS a ciblé.