Algérie: l’ex-Premier ministre Ahmed Ouyahia risque gros

C’est la télévision algérienne qui rapporte l’information samedi. Le tribunal de Sidi Mhamed à Alger a convoqué l’ex-Premier ministre Ahmed Ouyahia et Mohamed Loukal, ministre des Finances et ex-gouverneur de la Banque d’Algérie. Ils sont accusés de “dilapidation des deniers publics et indus avantages”.

La situation s’enlise en Algérie où des dizaines de militants du Rassemblement national démocratique (dont Ouyahia est le secrétaire général), ont organisé un rassemblement devant le siège national du parti pour réclamer son départ.

D’après TSA, il s’agit d’une première en Algérie, puisque jamais la justice n’avait convoqué un ministre des Finances en exercice et un ex-premier ministre en Algérie, un mois et demi après son limogeage du gouvernement. “Le parquet n’a fourni aucun détail sur la nature des faits reprochés à Ahmed Ouyahia”, rapporte le média algérien.

TSA affirme par ailleurs qu’après la chute brutale de Bouteflika, “l’ex-premier ministre s’est retrouvé sans protection”.

S.L.

Articles similaires

Suggestions d’articles

Un avocat français fustige la décision algérienne concernant les camps de Tindouf

La décision de l'Algérie de déléguer la gestion des camps de Tindouf au polisario, milice paramilitaire mafieuse et criminelle, est une violation du droit international.