Algérie: insultée et battue pour un footing avant la rupture du jeûne (VIDEO)

“Al amrou bil maarouf wa nahyou ani al mounkar” (Ordonner le bien et interdire le mal) est une expression se référant à “l’exercice de l’autorité légitime”. Ladite autorité est détenue par des musulmans compétents juridiquement afin d’encourager ou d’imposer l’adhésion aux “exigences de la charia”.
Sauf qu’il est de plus fréquent, surtout pendant ce mois sacré, de voir que la dernière partie de l’expression,”interdire le mal”, devient le credo d’aucuns qui n’ont aucune compétence juridique et dont les connaissances en théologie sont faibles ou nulles, voire inexistantes.
En plus des exemples vécus dans nos murs (l’affaire récente de Jemaât Shim), ce précepte mal appréhendé fait aussi des émules chez nos voisins algériens.
Encore une jeune fille surprise avec un homme en plein Ramadan? Mais non, c’est encore plus “grave”! Une Algérienne qui ose faire du footing avant la rupture du jeûne! L’on se demande s’il faut en rire ou en pleurer. Il vaut encore mieux s’en “étonner”, pour employer une litote.
Tous les médias algériens relatent cette triste affaire. Kamel Daoud, le célèbre journaliste et écrivain algérien, lui a consacré un article dans le magazine “Le Point”, sous le titre: “Un pays immobile contre une jeune fille qui court”. Il y écrit, au début:”(…) Une jeune fille algérienne en pleurs, à vous briser le coeur(…). Elle est partie voir les gendarmes et on lui a dit que c’était de sa faute. Elle n’avait qu’à ne pas courir avant le Maghrib”.
Cette “vidéo de la honte”, made in Algeria, est devenue virale et a récolté quelques 200000 vues, rapporte le site Tout sur l’Algérie (TSA). Pendant que la jeune fille voilée faisait son footing une heure avant la rupture du jeûne, un homme l’avait abordée, insultée et frappée en lui enjoignant de rejoindre la cuisine, “là où est sa place”!
“Je voudrais savoir s’il est haram de faire du sport une heure avant le Maghrib ou pas”, s’est-elle interrogée sur la vidéo, visiblement très émue et fort affectée par sa mésaventure ramadanesque, synonyme d’agression physique et verbale. Quant à Kamel Daoud, il résume ces phénomènes de “nahy ani al mounkar” dans cette phrase à méditer sur la situation de son pays, qui ressemble comme deux gouttes à celles d’autres pays où “interdire le mal” est le credo de mâles n’y connaissant goutte à la religion qu’ils disent défendre.
Voici la phrase qui a retenu l’attention de l’auteur de ces lignes: “On vous accuse d’attaquer l’islam si vous vous dites que les islamistes et les bigots armés nous attaquent, nous volent nos corps et notre pays et qu’ils nous mènent vers un Iran en Afrique du Nord”. Dont acte!
Larbi Alaoui

Kendji Girac enflamme la scène de Plage des Nations Golf City (VIDEO)

Suggestions d’articles

L’Algérie sanctionnée par la FIFA

La FIFA a sanctionné la Fédération algérienne de football.