Algérie: des militantes déshabillées dans un commissariat de police

Des militantes du Mouvement social et démocratique (MDS) et de l’association Rassemblement Jeunesse Action (RAJ) ont vécu samedi 13 avril une terrible mésaventure au commissariat de police à Baraki, à 15 km au sud-est d’Alger.

Selon TSA, les 4 jeunes femmes, qui devaient tenir un rassemblement de protestation à la Grande Poste de la capitale, ont été interpellées, fouillées et obligées de se déshabiller intégralement. Les six garçons qui les accompagnaient, arrêtés aussi, n’ont, eux, pas subi le même sort.

«Un agent femme en civil est venue. Elle nous a pris une à une dans une chambre isolée. Elle m’a demandé de me déshabiller intégralement. Je lui ai dit : « Pourquoi ? Je n’ai rien fait de grave ». Elle m’a répondu : « Ne m’apprends pas mon travail, enlève tes habits et ne me parle pas ». Elle a fouillé même le fond de mes chaussures et farfouiller profondément mes cheveux », a confié Inès, l’une des militantes, à TSA, précisant que la police les a relâchés à 1h du matin.

De son côté, le président de l’Association RAJ Abdelouahab Fersaoui a indiqué au site algérien que «Ce genre de mesures ne doit pas être réservé aux militants mais pour des individus pouvant être dangereux» et qualifié le comportement de la police d’ «acte d’intimidation». Selon lui, les autorités cherchent à casser le mouvement de contestation populaire.

L’association RAJ a d’ailleurs publié un communiqué sur sa page Facebook pour dénoncer cette humiliation subie par les militantes. «La police a procédé au commissariat de Baraki à Alger à la fouille corporelle avec déshabillement des militantes par une policière chose qui n’est pas totalement adaptée à ce genre d’interpellations », peut-on lire sur sa page Facebook.

Et d’ajouter : «Le RAJ dénonce ses comportements d’un autres âge et condamne avec force ces actes qui portent atteinte à la dignité de la personne humaine».

N.M.

 

 

Articles similaires

Suggestions d’articles

Algérie: Ahmed Benchemsi expulsé et accusé d’infiltration

Selon la chaîne Ennahar TV et plusieurs médias algériens, la Justice a ordonné dimanche 18 août 2019, l’expulsion d'Ahmed Réda Benchemsi.