Affaire Khashoggi: Trump a fini par céder

Sous la pression de l’opinion publique américaine, Donald Trump a fini par durcir le ton envers l’Arabie Saoudite au sujet de l’affaire de Jamal Khashoggi, tué au consulat saoudien à Istanbul.

Le président américain a évoqué des «mensonges» dans les explications fournies par Ryad sur la mort du journaliste saoudien. “Il y a manifestement eu tromperie et mensonges (…) Leurs histoires partent dans tous les sens”, a-t-il déclaré dans un entretien accordé au Washington Post.

Pourtant, le locataire de la Maison Blanche avait auparavant jugé “crédible” la version des autorités saoudiennes selon laquelle Khashoggi aurait été tué au cours d’une rixe au consulat.

Rappelons que l’Arabie Saoudite a finalement admis, samedi, que Jamal Khashoggi a été tué au consulat saoudien d’Istanbul, selon l’agence de presse saoudienne SPA.

“Les discussions entre Jamal Khashoggi et ceux qui étaient avec lui au consulat à Istanbul ont terminé en rixe, ce qui a provoqué sa mort”, a affirmé l’agence.

“Ahmad al-Assiri, Vice-président du service général de renseignement n’est plus à son poste”, selon un décret royal cité par les médias saoudiens.

L’assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi continue de faire couler beaucoup d’encre. Le quotidien turc Yeni Safak a annoncé mercredi 17 octobre qu’il a eu accès à un enregistrement sonore des faits.

D’après l’enregistrement, Jamal Khashoggi préparait son mariage et s’était rendu le 2 octobre au consulat de son pays en Turquie pour des démarches administratives. C’était la dernière fois que le journaliste a été vu.

Le journal a ainsi confié que Jamal a été torturé au cours d’un interrogatoire et que ses doigts ont été coupés avant d’être entièrement décapité, vivant, par des agents saoudiens à l’intérieur du consulat.

S.L.

Articles similaires

Suggestions d’articles

Syrie: quel sort pour les jihadistes marocains détenus par les Kurdes?

Quel sort va-t-il être celui des "jihadistes" marocains détenus par les Forces démocratiques syriennes (FDS), connues également par l'acronyme arabe AQSD, une semaine après l'offensive militaire turque?