Zantac: suspendu dans plusieurs pays, qu’en est-il au Maroc?

Plusieurs médias arabes ont révélé l’interdiction de médicaments contenant de la « ranitidine », dont les comprimés de « Zantac ». Celui-ci est prescrit pour soulager ou prévenir les ulcères pour le reflux gastro-oesophagien ou pour soulager les problèmes de brûlures d’estomac ou d’ingestion, selon la notice de son prospectus.

Selon le site RT Arabic, la Direction centrale des Affaires pharmaceutiques du ministère égyptien de la Santé et de la population, a ordonné l’interdiction de tous les médicaments contenant de la ranitidine. Et ce, dans l’attente des résultats confirmant ou infirmant que lesdits médicaments contiennent des produits cancérigènes.

Pour sa part, l’agence fédérale Santé Canada a annoncé mercredi l’interruption de la distribution de ce médicament, précisant qu’il s’agit d’une « mesure provisoire et préventive ». L’agence indique être en train « d’évaluer la présence d’une impureté, la N-nitrosodiméthylamine (NDMA), dans certains médicaments contenant de la ranitidine ».

Par ailleurs, sur les réseaux sociaux, plusieurs internautes ont publié des photos de boîtes de comprimés « Zantac », accompagnées d’avertissements sur la dangerosité et les effets secondaires graves de ce médicament.

Contactée par Le Site Info à ce sujet, une source du milieu médical a affirmé que le Maroc n’est pas concerné. Le Royaume avait pris les devants bien avant et avait pris les mesures nécessaires en interdisant « Zantac » depuis bientôt deux ans, a assuré la même source.

Larbi Alaoui


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page