Vidéo scandaleuse à Tanger: ce que risquent les coupables

Après l’agression filmée dont a été victime une jeune fille à Tanger, beaucoup de Marocains se demandent ce que risquent les coupables impliqués dans cette affaire.

La nouvelle loi 103.13 relative à la violence faite aux femmes définit le profil du « harceleur sexuel » comme  « quiconque persiste à harceler autrui dans les espaces publics ou autres, par des agissements, des paroles, des gestes à caractère sexuel ou à des fins sexuelles ; ou par des messages écrits, téléphoniques ou électroniques, des enregistrements ou des images à caractère sexuel ou à des fins sexuelles. Ceci peut avoir lieu « dans les espaces publics ou autres, par des agissements, des paroles, des gestes à caractère sexuel ou à des fins sexuelles ».

La même loi stipule que le « coupable de harcèlement sexuel est puni d’un emprisonnement d’un à six mois et d’une amende de 2.000 à 10.000 dirhams ou de l’une de ces peines ».

Par ailleurs, la loi ajoute que « si le harcèlement sexuel est commis par un proche, un tuteur, une personne ayant autorité sur la victime ou ayant sa charge ou un kafil ou si la victime est un mineur, la peine sera l’emprisonnement de trois à cinq ans et une amende de 5.000 à 50.000 dirhams ».

M.F.


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page