Vente de la Burqa au Maroc: la réaction du Salafiste El Haddouchi

Dans une première réaction après la décision d’interdire la fabrication et la vente de la Burqa au Maroc, le salafiste Omar El Haddouchi s’est indigné sur les réseaux sociaux de cette initiative.

Il a écrit en substance, que le peuple marocain restera un peuple musulman et que toute tentative de le faire dévier de ce chemin est vouée à l’échec. “J’aurais voulu que cette interdiction soit décrétée contre les habits de la dépravation des mœurs et de la propagation de la prostitution”, dit-il.

Et d’ajouter, qu’il espérait que cette décision ne soit pas guidée par des arrière-pensées religieuses, parce que cela aurait immanquablement des conséquences fâcheuses. Haddouchi conclut son message en disant : “Au vu de ce qui se passe dans notre société et de la propagation de phénomènes tels le non respect du jeûne, le blasphème et l’homosexualité, il vaut mieux être sous terre”.

A noter qu’un juge espagnol à la Cour nationale, plus haute juridiction en Espagne, avait indiqué récemment que l’association de défense des détenus islamistes, présidée par Omar El Haddouchi, constitue un terreau de  Jihadistes et de terroristes, qui ont rejoint les zones de combat en Syrie et en Irak.

Omar El Haddouchi, avait été condamné à 30 ans de prison suite aux attaques terroristes de Casablanca du 16 mai 2003.

H.L

  • med

    L’habillement emballage des femmes importés de pays arriérés est l’expression visuelle de l’idéologie moyenâgeuse sponsorisée et diffusée par les tenant des courants proches des wahhabite et des frères musulmans avec ses variantes les plus extrêmes issus de la vision délire de Qutb en passant par les talibans afghans pour arriver au summum de la barbarie que constitue Da3ich avec ses décapitations ses crucifixions publiques aussi ses défilés de femmes et de filles kidnappées drapées de Niqab et conduites en esclaves pour les harems de ses barbus ou mises en vente comme au temps de l’empire antique arabe de gouvernance qui n’était que la copie, hérité par divers familles jusqu’à la faillite des Ottomans, conforme de celui de l’ex empire Perse voisin de l’ex Arabie, dans sa phase de déclin, que ses sarrasins avaient conquis et soumis. Les accoutrements actuels auxquels différents prêcheurs sans droit et sans prouver qu’ils disposent de nos jours de messages divins sauf leur propre interprétation des textes pour le besoin d’assoir pouvoir politique esclavagiste comme on l’observe à Mossoul ou en Afghanistan des Talibans. Chacun des accoutrements divers d’emballage qui masque l’identité des femmes et des filles (même des hommes qui le porterait à dessein criminel) est propre à chaque pays plus exactement à son sous-développement socio-économique et au niveau de retard en matière de démocratie, de droit de l’homme et surtout d’égalité genre : Le Haïk est Nord-africain, le Tchador est en Iran, le Niqab est surtout dans la péninsule arabique en fin la Burqa est made in Afghanistan obligatoire sous les talibans sous peine d’exécution qui en plus interdisaient aux filles les études et aux femmes l’instruction et de travailler. De même que la barbe affichée par M.Haddouchi ne signifie point de piété ou le droit de se présenter en prêcheur attitré et qui dans la confidence de Dieu : la barbe drue ou clairsemée n’est que d’origine l’hormone stéroïde mâle la testostérone présente aussi en faible proportion chez les femmes lorsque elle devient forte les femmes voient leur pilosité s’étendre et même rarement avoir de la barbe. Nos imitateurs de da3ich qui veulent envelopper les femmes dans la Burqa ou les Niqab de couleur noire ou sombre tentent de se donner la référence par l’étiquette ″السلفيين″ alors qu’ils n’ont point existé historiquement comme courant ou comportement puisque ceux à qui le terme se réfère étaient chacun différent de l’autre, ne connaissaient pas la burqa ou le Niqab ou le Tchador…tout en usant du vocabulaire propre à la démocratie, gouvernance qu’ils rejettent comme impie et combatte par la violence. A rappeler que Abou bakr n’était même investi comme Calife par le messager mais fut choisi au terme de l’affrontement entre les représentants de la Mecque (Mouhajirines) et ceux de Médine ( Al Ansar) pour ne gouverner que 2ans pour assoir son pouvoir par la force, Ali était l’un des responsables de la ″ Fitna Al koubra ″ lui Omar et Otman furent assassinés (75% des référenciés) comble les deux premiers dans une mosquée triste exemple à proscrire que lesdits salafistes veulent perpétuer.

  • firch

    Un hurluberlu … mesquine

  • B. Serhani

    La burqa n’est pas une tenue marocaine désignant que la “porteuse” est musulmane. Si nos salafistes veulent une tenue qui démarque son porteur on peut revenir au 19ème siècle et demander aux femmes désireuses de se démarquer par rapport aux autres de porter le HAÏK, grande étoffe, blanche généralement, que nos grand-mères portaient quand elles sortaient. La burqa est une tenue qui représente le fanatisme et le non le religieux et doit donc être interdite sur le sol marocain, aussi bien en fabrication, commercialisation et port. Quand à M. El Haddouchi qu’il arrête de nous conseiller, lui qui avait participé aux massacres d’innocents en 2003 au nom de je ne sais quelle religion et en tout cas pas l’Islam le vrai que nous vénérons. Qu’il reste là où il est et que nos journalistes arrêtent de lui donner de l’importance par les interviews qu’ils peuvent lui proposer. BS

    • Henri Comte

      bien dit, bravo

  • Henri Comte

    Comment il fait pour parler s il a pris 30 ans en 2003…. au nom de quoi il prend la parole. C est souvent ces donneurs de leçons qui sont les pires, qui profitent de la prostitution, de l alcool en cachette… alors reste la ou tu es et ferme la

  • Haitem Zerktouni

    Salafistes en 4*4 mode in germany. On a malheureusement pas d autres oppositions à la corruption que ces barbares Salafistes d un autre âge..

Suggestions d’articles

Tanger: la famille du jeune braqueur réagit au verdict

Le jeune homme qui avait tenté de braquer une banque à Tanger a été condamné à trois ans de prison ferme et à une amende de 20.000 dirhams.