Vagues d’immigration clandestine: le Maroc en état d’alerte

Des réunions ont eu lieu entre de hauts responsables de l’armée, de la gendarmerie et de la sûreté nationale. Elles ont été dictées par des rapports émanant de services de renseignement indiquant que les immigrés subsahariens installés au Niger ne comptent plus poursuivre leur périple vers la Libye, préférant plutôt le Maroc en passant par l’Algérie.
Cette situation a déclenché un état d’alerte sans précédant sur la frontière maroco-algérienne. Des renforts de l’armée et de la gendarmerie ont été dépêchés sur les lieux. Des instructions fermes ont été données pour renforcer la vigilance et empêcher l’infiltration d’immigrés clandestins africains, rapporte à la Une le quotidien arabophone Al Massae.
Selon les sources du journal, des instructions ont été données à la gendarmerie royale et aux FAR. Elles concernent une restructuration des centres frontaliers de l’est entre le Royaume et l’Algérie. Al Massae ajoute que l’on s’attend, suite à cette restructuration, à une révision du rôle du commandement de la région.

Une hausse de 200%
Les rapports de renseignement relèvent un déferlement sans précédant d’immigrés subsahariens clandestins au Maroc. Leur nombre a connu une hausse vertigineuse de l’ordre de 200%, entre janvier et juillet de cette année, en comparaison avec 2016.

Le jeu trouble d’Alger
Cet état d’alerte est justifié par des informations affirmant que des centaines de Subsahariens ont été transportés, à bord d’autocars, des villes intérieures algériennes aux abords du territoire marocain, au vu et au su des gardes-frontières algériens, en violation flagrante des conventions internationales relatives aux droits des immigrés et des réfugiés.
Une source très bien informée souligne que la guerre menée par l’Union européenne contre l’immigration clandestine et la fermeture de ses frontières a mis le Maroc face à deux tempêtes ou défis majeurs: d’une part, on veut forcer le Maroc à devenir un gendarme et un douanier face à des vagues d’immigrés. D’autre part, la responsabilité du régime algérien et de ses gardes-frontières est plus que prouvée et avérée dans ce dossier dramatique, l’Algérie menant une guerre sans nom contre le Maroc en expulsant de force les immigrés vers le Royaume.

N.B.

Casablanca: les commerçants du centre commercial de Maârif lancent un SOS (VIDEO)






Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page