Une affaire d’adultère révélée par WhatsApp près de Rabat

Le tribunal de première instance de Témara a condamné une femme à deux ans de prison ferme pour adultère. Son amant, lui, a écopé de deux mois de prison ferme pour le même chef d’accusation. Pourtant, le couple n’a pas été pris en flagrant délit d’ébats sexuels. Explications.

Selon le quotidien Assabah, le tribunal s’est basé sur les messages et photos érotiques échangés par les deux mis en cause sur WhatsApp. Le mari de la coupable avait espionné le smartphone de cette dernière, réussissant ainsi à avoir des preuves de sa trahison. Il a par la suite enregistré les photos compromettantes sur un CD et imprimé les conversations avant de tout présenter aux autorités. Le mari a confié à la police que son épouse, propriétaire d’un commerce, entretenait une relation suspecte avec un homme, ce qui l’a poussé à installer un “logiciel espion” sur son téléphone pour s’assurer de la nature de cette relation.

Une enquête a ainsi été ouverte, sous la supervision du parquet compétent, pour déterminer les circonstances exactes de cette affaire. Les deux amants ont été placés en détention provisoire à la prison d’Al Arjate, rapporte la même source, avant d’être déférés devant le procureur du roi.

N.M.

Articles similaires

Suggestions d’articles

DGSN: les caméras de surveillance mettent un policier dans l’embarras

Le brigadier de police qui travaille au sein de la chambre de sûreté à la préfecture de Tétouan, faisait l'objet d'une plainte pour vol déposée par une des personnes placées en garde à vue.