Un expert judiciaire révèle des données choquantes sur le décès de Salaheddine El Ghomari

Mohamed Jamal Maatouk a révélé des données choquantes sur le décès brusque du journaliste et rédacteur en chef de 2M, Feu Salaheddine El Ghomari.

Le conseiller juridique, conférencier et expert judiciaire demande donc au ministre de la Santé de diligenter une enquête concernant un « laisser-aller » médical n’ayant pas permis de sauver à temps le regretté journaliste de la chaîne d’Ain Sebaâ.

Sur l’antenne de la radio « Aswat », Mohamed Jamal Maatouk a déclaré que Salaheddine El Ghomari avait ressenti une détresse respiratoire et qu’un médecin, l’un de ses voisins, lui a administré les premiers secours. Cependant, l’ambulance a tardé à venir afin qu’El Ghomari puisse bénéficier d’une prise en charge thérapeutique immédiate (ndlr, seul diagnostic pour éviter le décès en cas de détresse respiratoire).

« L’ambulance est arrivée 30 minutes après l’alerte et était dépourvue d’oxygène. On a alors dû attendre l’arrivée d’une autre ambulance qui avait une petite quantité d’oxygène », s’est insurgé l’expert judiciaire.

De surcroît, lorsque la deuxième ambulance a transféré le journaliste à la clinique, cette dernière n’avait pas de lit libre. Et c’est sur le chemin à destination d’une autre clinique qu’El Ghomari a rendu l’âme dans l’ambulance, a ajouté Maatouk.

« Comment est-il possible qu’une ambulance n’ait pas d’oxygène suffisant pour sauver une vie? Normalement, il devrait y avoir une ou deux bouteilles d’oxygène à bord! Cela fait partie des nécessités médicales du transport et évacuation d’urgence par ambulance », a rappelé Mohamed Jamal Maatouk.

A.C.

Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page