Un ado marocain mortellement poignardé à Montréal

Un adolescent québécois d’origine marocaine (17 ans), a été mortellement poignardé dans un petit bois d’un quartier à Montréal (secteur boisé du Domaine Saint-Paul près de la rue de Gaspé). La victime est tombée dans un traquenard funeste qui avait pour but le vol. C’est un couple d’ados en mal de drogue qui lui aurait tendu le piège. En refusant de se laisser faire, il aurait reçu un coup de couteau qui l’a blessé mortellement (artère fémorale tranchée).

Les prétendus suspects (un garçon et une fille) tout deux du même âge, ont été arrêtés mardi soir par le Service de police de la Ville de Montréal et ont été accusés le lendemain de meurtre au second degré, par la Cour du Québec, chambre de la jeunesse.

Les suspects, selon des médias locaux, auraient tenté de maquiller la scène pour faire croire à une mort accidentelle sans faire appel aux secours. L’identité des trois adolescents du fait de leur âge mineur n’a pas été dévoilée.

Une veillée religieuse a aussitôt eu lieu dans la salle principale du centre communautaire Elgar à L’Île-des-Sœurs. Des centaines, de proches, amis et concitoyens sont venus pour apporter soutien et réconfort à la famille de la victime, (la mère et le frère) à laquelle l’adolescent assurait la subsistance en travaillant dans un Tim Hortons, chaîne canadienne de café et de restauration et dans un supermarché IGA afin d’aider sa mère à joindre les deux bouts.

Le centre islamique Al-Jazira a lancé une campagne de socio-financement pour soutenir la famille endeuillée, qui vit modestement, a indiqué son administrateur Mourad Bendjennet.

En fin de veillée, quelque 20 000 $ de dons ont été amassés. Le consulat général du Royaume, a quant à lui, pris en charge les frais associés aux funérailles ainsi que ceux afférents au rapatriement de la dépouille au Maroc.

M.J.K

Articles similaires

Suggestions d’articles

Maroc: retour au confinement total? Voici les scénarios les plus probables

Après que le président français, Emmanuel Maroc, a annoncé le retour du confinement dans son pays, à partir de vendredi 30 octobre, de nombreux Marocains s'interrogent sur ce qui les attend, pendant les prochaines semaines.