UMV de Rabat: la majorité des étudiants éprouvent des difficultés à suivre les cours à distance

Quelque 78% des étudiants de l’université Mohammed V (UMV) de Rabat ont affirmé avoir trouvé des difficultés pour suivre leurs cours depuis l’adoption de l’enseignement à distance dans un contexte de confinement sanitaire, révèle une enquête menée par l’université.

Selon des données d’une étude menée par l’université Mohammed V, elle-même fondée sur deux enquêtes simultanées réalisées à travers deux questionnaires administrés à distance auprès de 8.355 étudiants et 571 enseignants appartenant aux différents établissements de l’université, 78% des étudiants ont indiqué avoir eu des difficultés pour suivre leurs cours, liés principalement à la communication et à l’interaction (47%) et à la logistique (34%). « Les étudiants ont déclaré, dans ce sens, que 46% des cours sont interactifs et compréhensibles », souligne l’université dans un communiqué.

L’étude a eu pour objectif de mesurer le niveau de satisfaction et d’adaptation des étudiants et des professeurs par rapport au dispositif d’enseignement à distance instauré depuis le 16 mars dernier.

Près de 93% des étudiants questionnés suivent leurs cours à distance via les smartphones ou les ordinateurs, indique la même source, notant que ceux-ci affirment être connectés à internet à hauteur de 95%.

Les résultats de l’étude montrent, d’autre part, que plus de 64% des enseignants estiment que la qualité et la stabilité de la connexion constituent un frein majeur à l’efficacité de l’enseignement à distance pendant cette période de confinement, ce qui impacte négativement l’interactivité des étudiants (avis partagé par 62,7% des enseignants enquêtés).

A cela s’ajoute la difficulté de faire des travaux dirigés ou pratiques selon les disciplines (avis de 66,4% des enseignants questionnés). L’UMV relève également que 75% des enseignants constituant l’échantillon de cette étude assurent que la préparation des cours à distance nécessite davantage de temps par rapport aux cours en présentiel afin de présenter des contenus pédagogiques respectant les normes de qualité requises.

En ce qui concerne la fréquence d’utilisation des canaux d’enseignement à distance, l’enquête a révélé que 7 étudiants enquêtés sur 10 consultent régulièrement les ressources pédagogiques mises en ligne par les enseignants pendant la période de continuité pédagogique à distance, faisant observer que le reste est réparti entre ceux qui consultent rarement (26,64%) et ceux qui n’ont jamais consulté (3,94%).

Par ailleurs, plus de 72% des étudiants enquêtés confirment que leurs enseignants ont organisé des visioconférences directes pendant la période de confinement. Ces visioconférences ont été organisées à hauteur de 74% sur des plateformes interactives institutionnelles comme Google Meet et Microsoft Teams, et le reste est organisé sur d’autres plateformes (Zoom, Facebook, Youtube, etc.).

La remontée des réponses des étudiants interrogés montre que depuis le début du confinement, chaque étudiant a suivi en moyenne 25 visioconférences, soit presque une visioconférence tous les deux jours, sachant que la durée moyenne de suivi de chaque séance « live » est de 82 minutes par séance.

Du côté des enseignants, les résultats montrent que plus de 68% des enseignants affirment qu’ils interagissent avec leurs étudiants pendant la période de confinement en organisant en moyenne 7 visioconférences par module d’une durée moyenne de 78 min par séance et ce principalement via des plateformes institutionnelles (G-suite et Microsoft) à hauteur de 80%, le reste via Zoom ou d’autres plateformes ou réseaux sociaux.

S’agissant de l’adaptation des méthodes d’enseignement à distance par rapport aux disciplines et formes d’organisation pédagogique, l’enquête a montré qu’environ 87% des enseignants interrogés considèrent que l’enseignement à distance est adapté aux exposés et cours théoriques, tandis que près de 45% sont convaincus que ce mode d’enseignement peut être utilisé aussi pour assurer des travaux dirigés et des cas d’application. Toutefois, seulement 22% des enseignants estiment qu’il peut être déployé pour faire des travaux pratiques et des simulations.

Ainsi et dans ce même contexte, l’étude menée par l’université Mohammed V a révélé que plus de 8 enseignants sur 10, sont convaincus que l’enseignement à distance peut faire un complément à l’enseignement en présentiel, sachant que 87% des enseignants interrogés comptent intégrer davantage des cours à distance dans leurs enseignements futurs.

M.S. (avec MAP)

Articles similaires

Suggestions d’articles

Région de Rabat: 50 centres mobilisés pour la correction des épreuves du bac

 Près de 50 centres ont été mobilisés pour la correction des épreuves de près de 62.000 candidats à la session normale du baccalauréat dans la région de Rabat-Salé-Kénitra, a indiqué l'académie régionale de l'éducation et de la formation (AREF).