Traverser le Maroc à pied, le pari fou du jeune Ilyan

Ce n’est pas tous les jours que l’on entend parler d’un jeune garçon qui part à la découverte de son pays, à pied. Ce n’est pourtant pas une quelconque mode que voudrait suivre le jeune Ilyan, 14 ans, qui a décidé un jour de “marcher” le Maroc.
Passionné de marche, mais aussi d’échanges humains, amoureux de l’écologie et de la nature, Ilyan a entrepris, il y a quelques mois une aventure à travers le royaume.
La démarche nous interpelle sur beaucoup de sujets, dont le Maroc profond, celui dont beaucoup ignorent l’existence et qui n’est pas (assez) mis en valeur, mais aussi sur le rôle de l’école dite classique qui pose des freins importants à l’imagination et la créativité de beaucoup d’enfants.

Depuis qu’il est petit, Ilyan (et sa soeur Nayla) vont en montagne avec leurs parents, très impliqués dans la vie sociale et le développement du village de Tizi n’Oucheg, un village isolé de l’Atlas près de la vallée de l’Ourika.
La passion pour la marche n’a pas tardé à se manifester, surtout lors d’un tour du monde, à la découverte des open villages. Il a toujours été devant pour marcher et intéressé par la découverte de la nature et des personnes qui vivent dans un environnement rural.

Le déclic

Après avoir vu un film, Ilyan fait savoir à ses parents que lui aussi il souhaiterait traverser le Maroc à pied pour “mieux connaître son pays”. Un souhait que les parents ont tout de suite mis à exécution, en faisant en sorte qu’Ilyan soit autonome dans la mesure du possible.
En quelques mois, Ilyan, toujours accompagné d’un adulte (parents, amis, guides…) a scindé son voyage en deux parties :
Mars / avril : Tanger à Boumalne Dadès
Décembre 2019 / Février 2020 : Boumalne Dadès / Tan-Tan.

Un parcours entamé dont il a décrit la beauté, mais également les péripéties sur sa page Facebook « Le Voyage d’Ilyan ».

Le 1er décembre Ilyan partira pour trois semaines jusqu’à Tagounite avec une mule et un ami guide.
Son voyage se poursuivra, par la suite, durant 55 jours avec un autre guide et des dromadaires pour la partie Tagounite – Tan-Tan, en passant par le lit du Drâa.

Le système scolaire ne lui convient pas. Ilyan a en effet, comme beaucoup de jeunes, beaucoup de qualités qui ne sont pas forcément valorisées dans notre modèle éducatif actuel tel que le sens de l’observation, l’empathie, la volonté…
En vivant sa passion, il se réalise et prend confiance en lui. Le programme scolaire qu’il suit en parallèle prend du sens et il se sent prêt à affronter les difficultés.

Découvrir un autre Maroc

Dans le cadre des activités de sa famille, à travers l’association Open village, Ilyan a appris beaucoup sur le monde rural. Un mode de vie proche de la nature, la sobriété, l’autonomie, le sens du partage mais aussi le sens de l’effort. Ce sont ces valeurs qu’Ilyan cherche à retrouver en marchant dans les campagnes.

M.D.

Articles similaires

Suggestions d’articles

Coronavirus au Maroc: Gare aux dernières intox!

Le coronavirus, qui a fait des milliers de morts dans le monde, est à l'origine d'un flot de Fake news relayées sur les réseaux sociaux.