Tests du Covid-19 : le Maroc a consulté des « leaders »

Le ministère de la Santé a affirmé que les informations de presse selon lesquelles une seule société aurait été retenue pour deux marchés d’acquisition de tests de diagnostic rapide de la Covid-19, pour un montant de 400 MDH, sont dénuées de tout fondement.

Dans un communiqué, le ministère a affirmé avoir conclu un marché pour l’acquisition de 2 millions de tests de diagnostic rapide du coronavirus, conformément aux lois en vigueur sous l’urgence sanitaire et dans le plein respect du principe de concurrence en matière de marchés.

Dans ce sens, le ministère dit avoir lancé une consultation auprès de sociétés leaders au niveau mondial dans ce domaine, contrairement à ce qui a été relayé par certains médias, assurant que les offres ont été étudiées des points de vue technique et financier par des commissions composées de représentants des différentes directions compétentes.

Les tests proposés par la société adjudicataire, en plus de leur efficacité sur le plan technique, sont compatibles avec le matériel des laboratoires nationaux, ce qui représente un gain en termes de dépenses supplémentaires dues à l’acquisition d’appareils de dépistage, explique la même source.

En ce qui concerne le coût de ce marché, qui est de quelque 212 MDH TTC et qui ne répond pas totalement aux besoins du Royaume, le ministère souligne que le prix d’achat de ces tests est fixé par la société au niveau mondial.

Il s’agit des mêmes prix payés par plusieurs pays européens et asiatiques pour l’acquisition de quantités allant de 6 à 10 millions tests, précise-t-on.

Le ministère de la Santé affirme, à cet égard, qu’il veille à une application exemplaire de toutes les dispositions légales, afin de bien gérer les ressources mises à sa disposition.

Il appelle à ne pas donner crédit à des fake news qui visent à ébranler la confiance du citoyen en le système de santé national, durant cette période critique que traverse le Maroc.

B R

Articles similaires

Suggestions d’articles

Casablanca: elle se fait passer pour la femme d’un policier afin d’avoir son visa

Les éléments de la Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ) ont interpellé, jeudi, un inspecteur de police exerçant au district de Sûreté d'Anfa à Casablanca et une femme âgée de 22 ans, pour leur implication présumée dans une affaire de falsification et usage de documents officiels.