Taxis Vs Uber: Comment les « aigles de Casa » font régner la terreur dans la ville

Les « Aigles de Casablanca ». C’est ainsi que quelque 300 chauffeurs de taxis de la métropole ont baptisé leurs milices. Ils ont même un leader: le dénommé  Mustapha Chabane, connu sous le sobriquet de « Aznag » ou encore »Arrab3ine » ». Leur mission? Pourchasser quotidiennement les chauffeurs des deux applications Uber et Careem qui, selon eux, exercent dans l’illégalité et  la clandestinité.

Ces « Aigles de Casablanca », se prétendant des auxiliaires bénévoles des autorités dans leur lutte quotidienne, ont aussi recours à des opérations musclées. En plus des véhicules et des chauffeurs d’Uber-Careem, même des journalistes ne sortent pas indemnes. Et c’est ainsi qu’après ceux de TelQuel et Télé-Maroc, c’est un journaliste du site Hespress qui a eu affaire à ces nouveaux « justiciers dans la ville ».

Il a subi des menaces proférées par quinze chauffeurs de taxis pendant qu’il exerçait son métier au souk d’ovins de la Foire internationale de Casablanca. C’est grâce à l’intervention de jeunes de la l’ancienne médina, qui l’accompagnaient, qu’il a dû son salut. Cet incident a eu pour effet une rencontre de Hespress avec « Aznag et son adjoint, Hassan Nouchami, surnommé ‘Zriqa ». Ladite rencontre est édifiante et relate l’action des « Aigles de Casablanca » que ceux-ci racontent avec une fierté manifeste.

Morceaux choisis. Tout en reconnaissant que leurs » prouesses »  sont hors-la-loi, ils persistent et signent en avançant qu’ils font oeuvre utile en assistant la police qui est en sous-effectifs, selon eux, et que certaines autorités croyaient même qu’Uber et Careem étaient des « sociétés chargées de transport de… chocolat »! Et les deux interlocuteurs du site électronique d’énumérer l’efficacité de leurs opérations et leur succès  probant dans leur bras de fer contre les deux applications incriminées. Le bilan s’élève ainsi, qu’en 18 mois, les « Aigles de casablanca » ont intercepté plus de 975 chauffeurs d’Uber-Carrem, dénonçant de cette façon musclée l’illégalité  des deux applications qui exercent de manière clandestine, selon eux.

« Après avoir expliqué aux responsables sécuritaires et aux chefs des arrondissement de  la police les motivations de ces deux applications, nous avons commencé notre lutte, en collaboration avec les autorités, soutiennent « Aznag » et « Zriqa ». Et ce dernier d’ajouter que les 300 chauffeurs de taxis, constituant leur mouvement, ont peaufiné leurs méthodes d’interception, devenues plus ciblées et plus efficaces!

Pendant ce temps, cette « anarchie organisée (dixit Hespress), d’autres voix, outre celles des chauffeurs d’Uber-Carrem, témoignent de leurs craintes devant les agissements  perpétuels et violents des « Aigles de Casablanca, C’est ainsi que Mehdi Youssoufi, déclare avoir eu affaire à 39 individus, et à leur tête « Aznag », au siège de la société émiratie Creem, dont les responsables ont gardé bizarrement le silence sur cette agression. Ceci s’était passé rue d’Agadir et le témoin dit avoir été séquestré dans une pièce, a été agressé physiquement et son PC portable lui a été volé. Et Youssoufi d’ajouter que la police, à son arrivée sur les lieux, « n’a interpellé personne, alors qu’il s’agit bien d’une attaque de biens d’autrui que la loi est claire dans des cas pareils ».

Les femmes n’échappent pas non plus aux menaces des « justiciers dans la ville » et Naima Ziani est l’une d’entre elles ayant fait les frais de ces opérations d’intimidation. Chauffeur de son état, elle prétend avoir été contactée par Mustapha Chaabane en personne, la menaçant de déposer de la drogue dans sa voiture au cas où elle persisterait à continuer à travailler pour le compte des deux applications. Elle révèle aussi à hespress qu’elle a enregistré cette communication, contenant, outre les menaces, des vulgarités et autres grossièretés qu’elle a « honte de citer ».

Larbi Alaoui




Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page