Taroudant: les touristes belges ont quitté le Maroc

Les touristes belges qui se sont portées volontaires pour construire une route à Taroudant et désenclaver un village de la région ont apprécié le séjour au Maroc malgré les menaces de décapitation qu’elles ont reçues. Selon Goud, la polémique provoquée à cause leurs tenues vestimentaires ne les a pas empêchées de poursuivre leur programme touristique. Elles ont ainsi visité plusieurs régions du Royaume, dont Essaouira.

D’après la même source, le groupe, pendant ses visites, était escorté par des policiers suite aux menaces qui leurs ont été proférées.

Ce jeudi 8 août, les 37 touristes étaient à l’aéroport Ménara de Marrakech et ont quitté le Maroc à destination de Belgique.

Rappelons que le député PJDiste Ali El Asri a violemment critiqué les touristes belges qui se sont rendus à Taroudant à cause de leurs tenues vestimentaires. Les bénévoles, qui se sont occupées du réaménagement d’une route pour désenclaver un village étaient vêtues de shorts et de tee-shirts, ce qui a déplu au politicien.

«Depuis quand les Européens travaillent-ils en tenues de plage sur les chantiers ? Tout le monde sait qu’ils sont exigeants en matière de sécurité. Personne ne peut accéder à un chantier de construction sans se couvrir et mettre un casque et des gants», s’est insurgé Ali El Asri. Il a finalement présenté ses excuses suite au tollé provoqué par cette affaire et a assuré que ses propos ont été mal interprétés.

La police a, de son côté, arrêté lundi soir un enseignant d’école primaire. Agé de 26 ans, il a été interpellé dans la ville de Ksar El Kébir après avoir publié un post sur Facebook dans lequel il faisait l’apologie du terrorisme et incitait à des actes criminels dangereux à l’encontre des touristes belges faisant du bénévolat.

Ces menaces ont poussé l’ASBL flamande Bouworde à prendre la décision de ne plus envoyer, cet été, de nouvelles équipes de bénévoles au Maroc. L’association Bouworde avait envoyé ces jeunes filles dans le village d’Adar. L’ambassade a assuré que “le groupe n’est pas en danger”. “Nous avons en revanche reçu le conseil de ne plus envoyer de nouveaux groupes au Maroc. Nous allons suivre cet avis”, indique Karen Heylighen, porte-parole de l’association.

N.M.

 

 

Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page