Tarfaya: La déléguée du gouvernement espagnol balaie la polémique

La déléguée du gouvernement espagnol aux Iles Canaries, s’est prononcée au sujet de la polémique autour de permis d’exploitation accordé par le Maroc à une société italienne.

Depuis plusieurs jours, des association et des partis politiques contestent le contrat signé entre le Maroc et la société italienne privée d’hydrocarbure ENI, lui permettant d’exploiter les gisement de pétrole dans les régions de Sidi Ifni, Tan-Tan et Tarfaya.

Cependant, la déléguée du gouvernement, Mercedes Roldós, a déclaré que « ce sont des eaux de juridiction marocaine », avant d’ajouter que « la seule chose qui puisse être faite est de demander des informations au gouvernement marocain et de demander des garanties environnementales, mais rien de plus ».

Par ailleurs, elle a souligné le fait qu’il y a des dizaines d’autorisations pour chercher du pétrole, « ce n’est qu’une de plus », rapporte le site espagnol El Diario.

LIRE AUSSI: Forages pétroliers: l’Espagne espionne le Maroc

Pour rappel ENI, a signé un accord pour chercher du pétrole avec l’Etat marocain. Il a obtenu l’accord d’exploitation de la zone Shallow Offshore Exploration ONHYM Tarfaya, située dans les eaux de l’Océan atlantique au large des villes de Sidi Ifni, Tan-Tan et Tarfaya. Les droits d’exploration couvrent une superficie de 23.900 kilomètres carrés, avec une profondeur d’eau allant de zéro à mille mètres, et avec un potentiel d’hydrocarbures liquides en place.

Faiza Rhoul

Articles similaires

Suggestions d’articles

Réouverture des mosquées au Maroc: de nouvelles règles strictes instaurées

Après plusieurs mois de fermeture à cause du Covid-19, les mosquées rouvriront leurs portes au Maroc à partir du 15 juillet.