Les Tangérois pestent contre la chicha et la prostitution

Les Tangérois n’aiment pas l’odeur de la chicha. C’est ce qu’ils ont exprimé dernièrement sur la place Nejma, par des écriteaux et des pancartes.

La plupart des habitants de Tanger ont expliqué leur mécontentement avec des pancartes dénonçant l’odeur de la chicha qui se propage dans leur quartier. D’après eux, les restaurants et les bars à chicha bénéficient de patentes douteuses et illégales.

Les protestataires ont insisté sur l’odeur et le tapage nocturne causés par les restaurants et les bars à chicha, clamant leur «illégalité». Ils sont constamment «dérangés» par les clients «nocturnes» de ces établissements «douteux».

Ils se sont adressés aux autorités locales de la ville de Tanger, dans l’espoir d’être «sauvés» de cette situation qu’ils jugent inacceptable. Pour rappel, ils ont déjà essayé d’entrer en contact avec les services de la Wilaya de Tanger, mais sans succès.

Le quotidien arabophone Al Akhbar rappelle que dernièrement la ville de Tanger a connu une vague massive de prostitution, par le biais de ces bars à chicha qui augmentent ainsi leurs revenus quotidiens, et par l’installation de plusieurs salles de jeux situées à coté des collèges et des lycées publics.

Lire aussi : Les bars à chicha ne seront finalement pas interdits au Maroc


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page