Ce que signifie l’avenue Abderrahman El Youssoufi (Analyse)

Par Taoufik Jdidi

La cérémonie d’inauguration, par Mohammed VI, de l’avenue qui porte désormais le nom de Abderrahman El Youssoufi, a été très commentée par les médias et sur les réseaux sociaux. Certains y ont vu un message fort adressé à Benkirane pour lui rappeler que l’ex-premier ministre s’était comporté en véritable homme d’Etat, d’autant plus qu’ils ont remarqué que le chef du gouvernement n’était pas associé à cet événement.

D’autres y ont décelé uniquement un hommage à un homme, un grand militant qui a dédié sa vie aux causes du peuple et du pays.

Quoi qu’il en soit, cet hommage rendu par le souverain à Abderrahman El  Youssoufi est un acte exceptionnel, puisque c’est la première fois dans l’histoire contemporaine du Maroc qu’une telle reconnaissance se fait du vivant de l’intéressé. Autre fait exceptionnel, le roi a applaudi El Youssoufi quand il a soulevé le voile de la stèle. Tout un symbole.

Ces applaudissements de Mohammed VI sont la marque d’un grand respect pour l’histoire de cet homme, pour ses sacrifices consentis avant et après l’indépendance et pour le rôle majeur qu’il a joué durant toutes les étapes qu’a connues le Maroc jusqu’à l’aboutissement de l’alternance consensuelle et le passage d’un règne à l’autre dans la stabilité.

Avant cette cérémonie, le roi avait honoré Abderrahman El  Youssoufi en l’invitant à un dîner en présence du président François Hollande et d’autres personnalités françaises et marocaines. Il lui avait aussi demandé de faire la lecture d’une lettre royale adressée aux participants d’un colloque international sur Mehdi Ben Barka.

LIRE AUSSI: El Youssoufi: « je viendrai plus souvent à Tanger! » (vidéo) 

Tous ces gestes témoignent de la grande estime dont jouit ce militant auprès du souverain, de la classe politique et de l’opinion publique marocaine.

Cependant, il est exclu, comme veulent le faire croire certains, que cette action s’inscrive dans une logique contre Benkirane, car tout simplement la monarchie marocaine ne pourrait s’abaisser à ce niveau et ne règlerait pas ses comptes avec un haut responsable de cette manière.

En outre, ceux qui avancent cette thèse tendent à minimiser la portée et à réduire les profondes significations de cet événement. L’outrage a même atteint son paroxysme quand un internaute, s’affichant très proche du PJD, a écrit : «Notre ambition dépasse le cadre d’une stèle érigée sur une avenue.»


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page