Service militaire: ce que risquent les réfractaires au Maroc

Dès septembre prochain, près de 10.000 jeunes marocains seront soumis au service militaire obligatoire. Le quotidien Al Massae apporte de nouvelles informations sur ce sujet.

Le quotidien arabophone a fait savoir que ces derniers recevront des entraînements et des exercices militaires dans les centres d’El Hajeb, de Beni Mellal et de Casablanca, sans oublier les centres qui se trouvent au sud du Royaume.

Le journal a par ailleurs précisé que toute tentative d’échapper à ce service est passible de jusqu’à 6 mois de prison et d’une amende allant de 2000 à 5000 dirhams.

Les conscrits seront déployés en fonction de leurs compétences et capacités dans diverses unités militaires. Ils suivront à cet effet une formation technique pendant un mois. Les sept mois restants étant consacrés à l’enseignement et au développement de leurs compétences.

Les appelés seront placés sous le contrôle des administrations publiques et de leurs services. Le salaire des militaires variera entre 1050 dirhams (soldats) et 2100 dirhams (officiers). Il sera en outre accordé aux recrues qui rejoindront les provinces du sud un montant supplémentaire de 300 dirhams par mois. Une couverture médicale ainsi que des indemnités de déplacement au même titre que les recrus des FAR sont comprises dans le deal. En cas d’invalidité au cours de la période de formation lors du service militaire, une pension leur sera versée.

Il est à noter que sous hautes instructions royales, ce projet de loi n°44-18 a été élaboré, instaurant le service militaire obligatoire pour les citoyennes et citoyens marocains âgés de 19 à 25 ans. La durée du service militaire est fixée à 12 mois.

K.B et A.K.A.

Articles similaires

Suggestions d’articles

Coronavirus : Casablanca, Tanger, Fès et Marrakech, régions les plus touchées

Mille trois-cent-quarante-cinq (1.345) nouveaux cas d'infection au coronavirus (Covid-19) et 642 guérisons ont été enregistrés au Maroc au cours des dernières 24 heures, a annoncé samedi le ministère de la Santé.