Scandale au lycée Victor Hugo de Marrakech: de nouvelles révélations

Depuis quelques jours, le lycée Victor Hugo de Marrakech est secoué par une affaire de harcèlement sexuel. Le proviseur de l’établissement Hervé Magot, qui est au coeur des accusations, a été suspendu.

Dans une déclaration à Le Site Info, Omar Arbib, membre de l’Association marocaine des droits humains, section de Marrakech, a indiqué avoir reçu des informations selon lesquelles une élève a été victime de harcèlement sexuel de la part du proviseur du lycée français, sans pour autant recevoir une plainte directe à ce sujet.

Et d’ajouter qu’une élève a envoyé des messages WhatsApp à plusieurs autres élèves, les informant du harcèlement qu’elle a subi.

D’autre part, Arbib a fait savoir que selon le communiqué de l’Association des parents d’élèves, l’élève en question n’a jusqu’à présent pas déposé plainte. “Du moment qu’aucune plainte n’a été déposée à l’encontre du proviseur, ce dernier ne peut faire l’objet d’accusations”, a-t-il précisé.

“Les choses s’éclairciront dans les jours à venir”, a-t-il poursuivi, indiquant au passage qu’un responsable de l’ambassade de France à Rabat se rendra à Marrakech afin de lever le voile sur cette affaire.

Par ailleurs, nos confrères du HuffPost Maroc affirment que le Conseil de la vie lycéenne de l’établissement aurait récolté 15 témoignages supplémentaires et que d’autres victimes présumées vont porter plainte.

Rappelons que dans un post sur les réseaux sociaux, une jeune fille a porté de lourdes accusations contre le proviseur, notamment des “mains baladeuses” et des “questions déplacées”. La présumée victime de ce harcèlement va plus loin et dit qu’elle n’est pas la seule a subir cela. Tout cela a provoqué la colère des élèves du lycée qui manifestent violemment depuis mercredi.

De son côté, l’UCPE (Union des Conseils de parents d’élèves de Marrakech), a adressé un message aux parents.

“A l’heure actuelle, il est impossible d’annoncer si les faits sont réels. On ne sait pas si une plainte est déposée (des deux parties) et donc à ce stade, c’est la parole de l’un contre la parole de l’autre (harcèlement ou diffamation). Le Proviseur dément toutes les accusations”, peut-on lire. “Aujourd’hui à 10H, les élèves du Lycée ont manifesté pour exprimer leur mécontentement, mais malheureusement avec beaucoup de débordements !!!”, précise l’UCPE.

Le Conseiller Culturel de l’Ambassade de France à Rabat a fait le déplacement vendredi à Marrakech pour rencontrer les élèves, les représentants des associations de parents et les enseignants pour discuter”. Affaire à suivre.

S.L.

Suggestions d’articles

La police a évité le pire à Marrakech (DGSN)

Un officier de police relevant du 12è arrondissement de la préfecture de police de Marrakech a été contraint à dégainer son arme de service.