Sahara: Comment le Maroc a marqué des points face au Polisario

Tous les regards étaient tournés vers Abidjan mercredi dernier, lors du 5ème Sommet Union Africaine-Union Européenne. Le Maroc a incontestablement marqué des points.

Plus de 5.300 participants, dont plusieurs Chefs d’Etats et de gouvernements représentant les pays d’Afrique et d’Europe étaient présents à ce conclave, ainsi que des délégations de la Commission de l’UA, de la Commission européenne et d’Organisations internationales, régionales et sous-régionales.

Le Roi Mohammed VI, accompagné du prince Moulay Rachid, était présent à ce Sommet, et le moins que l’on puisse dire, c’est que le Souverain a marqué des points importants face à la pseudo-rasd.

Présent également pour le Sommet à Abidjan, le ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a déclaré que pour le Maroc « la RASD est invisible », même si elle se trouve dans la même pièce, « la rasd n’existe pas et elle n’existera jamais pour nous ».

Par ailleurs, le ministre a également souligné que le Maroc ne signera aucun document sur lequel apparaîtra le front polisario, « ni lors de ce sommet, ni dans des rencontres futures ».

La visite du roi Mohammed VI à Abidjan est qualifiée d’historique par le magazine Jeune Afrique. D’abord, parce qu’il a rencontré, pour la première fois, le président sud-africain, Jacob Zuma, deuxième allié du Polisario après l’Algérie.

Mohammed VI et Jacob Zuma ont convenu de maintenir un contact direct et de se lancer dans un partenariat économique et politique fécond afin de construire des relations fortes, pérennes et stables et dépasser, ainsi, l’état qui caractérisait les relations bilatérales durant des décennies.

A ce propos, le roi Mohammed VI et le président Zuma ont décidé que le cadre de la représentation diplomatique sera relevé par la désignation d’ambassadeurs de haut niveau à Rabat comme à Pretoria.

Le Souverain a également reçu le président de l’Angola, João Lourenço. Quand on sait que l’Angola n’a jamais été très clair dans sa position sur le Sahara, on peut avancer que le Maroc place (bien) ses pions.

Selon Nasser Bourita, « le Maroc a adopté une démarche offensive: ne plus jamais laisser la chaise vide. Le ministre a annoncé que de nombreux pays africains vont retirer leur soutien à la pseudo-RASD, comme l’a fait le Malawi, « et à partir de demain, il y en aura d’autres ».

Ensuite, autre fait important a souligner dans la réussite de ce déplacement royal: le message fort adressé par le Souverain. « Dix sept ans après l’émergence de ce partenariat UE-UA, le temps n’est plus aux diagnostics, ni aux polémiques d’arrière-garde.

« Il est indispensable que le dialogue courageux et responsable, entre les anciens pays colonisateurs et les anciens pays colonisés, demeure franc et direct. Et, il est aujourd’hui essentiel de lui donner un nouvel élan », a indiqué le Souverain, notant que l’Union Européenne et l’Union Africaine « sont deux groupements régionaux incontournables » et « sont aussi importants l’un à l’autre ». Ils sont « aussi importants l’un que l’autre. Egaux devant les défis, ils le sont autant devant les opportunités et les responsabilités », a souligné le roi.
« Dans cet esprit, a fait noter le Souverain, le Partenariat UE-Afrique doit évoluer vers un Pacte bi-continental nouveau ». « Il s’agit, pour l’Afrique et pour l’Europe, de faire face, de concert, aux défis incontournables, par une compétitivité partagée, une co-localisation des entreprises productives, une mobilité humaine régulée et des échanges culturels féconds », a poursuivi le roi.

Enfin, « le temps est à l’action », a insisté le roi qui s’est indigné des scènes d’esclavage de migrants en Libye. Crimes perpétrés par des milices qui échappent au gouvernement libyen. « Il s’agit d’un véritable déni de l’humanité », a lancé le roi Mohammed VI.

Soufiane Laraki

Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page